Aujourd’hui je vais vous parler du patron Edmond de Atelier de guillemette que j’ai acheté 2€ en promotion sur la plateforme Makerist (prix normal = 9,90 €). Il était également proposé au format pochette au prix de 14,90€, ce que je trouve particulièrement excessif pour un patron de string tout basique…

J’ai déjà cousu un patron de cette marque : la culotte Guillemette qui avait été offert généreusement à l’occasion des deux ans de la marque. Ce fut une expérience qui m’avait bien plu même si j’avais rencontré à l’époque quelques soucis notamment en termes terme de taille et d’ajustements… Le rendu visuel était en revanche assez bluffant !

Revenons à présent à Edmond dont voici la description faite par la créatrice : « Edmond est un grand farceur, il se cache là où on ne l’attend pas mais se garde d’être désagréable. On pourrait le qualifier de neutre, tantôt à droite, tantôt à gauche. Confortable, il rempli sa mission de discrétion à la perfection.

2

Ma version :
IMG_20210225_211127

J’ai repris la merveilleuse idée de SoMiio qui présente sa lingerie sur des coussins. Du coup, j’ai littéralement copié : c’est bien plus joli et bien plus facile à présenter car je ne suis définitivement pas prête à m’exposer ici en string ! Alors mille mercis Solène pour cette ingénieuse idée. J’en profite d’ailleurs pour vous inviter à lire les deux articles hyper intéressants qu’elle a rédigés et illustrés avec soin :

Ce patron Edmond est proposé de la taille 36 au 46. D’après ce tableau, j’ai cousu Edmond en taille 36, en ne prenant comme référence que mon tour de hanches (haut de la culotte) et le résultat est nickel ! Côté échancrure, c’est également parfait. C’était les deux points qui m’avaient vraiment gênée pour la culotte Guillemette…

Sur le livret que j’ai acheté, le niveau de difficulté annoncé est 2, ce qui signifie « légères notions de couture exigées ». Sur le site, je m’aperçois que ce patron est noté 3/4… C’est un patron simple à coudre mais c’est vrai que la difficulté réside dans la gestion de la tension des élastiques. Le choix de la matière a également son importance : coudre du jersey de coton sera bien plus simple que de coudre une dentelle élastique…
D’ailleurs, en ce qui concerne les fournitures demandées, il es précisé de choisir 50 cm de tissu élastique (dentelle élastique, élasthanne, lycra, coton Jersey…) sur une laize de 140 cm + du coton pour le gousset (15 x 15 cm) et 1,50 m d’élastique de notre choix de 5 à 7 mm de large. Il est également précisé ceci : « vous pouvez varier les élastiques de cuisses et de taille. Privilégiez le plus large pour la taille ». J’ai depuis appris que la largeur de l’élastique se mesurait sans les picots (donc juste la largeur de l’élastique) :
A noter aussi que le côté doux doit être côté peau.
Perso, j’ai pris les chutes de jersey de viscose que j’avais dans mon stock. Idem pour les élastiques à picots.

En ce qui concerne le livret technique, il est clair et suffisamment illustrés (photos) mais il n’est pas non plus hyper détaillé. Je prends comme comparaison les patrons de la marque Etoffe Malicieuse dont j’apprécie grandement le travail fourni et le soin apporté aux instructions de montage.
Ce que j’apprécie par contre chez Atelier Guillemette, c’est qu’on est guidés tout du long avec une pointe d’humour et d’encouragement, ce qui me plait particulièrement. Ça change des patrons aux livrets un peu austères ! En ce qui concerne le patron PDF : la planche est claire, peu de pièces à imprimer (système de calques) et autre détail qui a son importance : les valeurs de couture (5 mm) sont incluses dans le patron et elles apparaissent au patronage, ce que je trouve vraiment bien. Par contre, je trouve que 5mm c’est trop étroit pour des coutures d’assemblage. Ma surjeteuse ne me propose en effet qu’un surjet 4 fils d’une valeur de 7 mm…
J’ai cousu mon premier Edmond en suivant les instructions de montage. Le gousset, appelé patte par la créatrice, est proposé avec la technique du fourreau, ce qui permet de cacher les coutures d’assemblage au niveau de l’entrejambe. L’autre extrémité du gousset ne semble pas être pris en fourreau mais je l’ai fait quand-même… Si vous ne connaissez pas la méthode, je vous invite à aller voir cette vidéo d’Etoffe Malicieuse qui je trouve explicite :

Le gousset, vu sur l’intérieur :

En ce qui concerne les élastiques, j’ai choisi des élastiques à picots de mon stock que j’ai piqués à la machine à coudre au point zig-zag. D’une manière générale, ce n’est pas évident de bien gérer la tension des élastiques. Dans le livret, on nous indique de coudre les élastiques en tubulaire mais sans nous donner vraiment d’indication si ce n’est de coudre d’un point A à un point B. Perso, je trouve ça un peu léger… Du coup, j’ai cousu l’élastique comme j’ai pu… Il faut normalement exercer sur l’élastique une légère et régulière tension et ça demande de la pratique, y’a pas de secrets ! On coud une première fois l’élastique au plus près du picot puis une seconde fois à ras du bord inférieur de l’élastique, ce que je n’ai pas bien fait comme vous pourrez le voir sur les photos car j’ai piqué endroit vers moi (c’est plus joli sur l’endroit mais moins précis sur l’envers)… Clairement, faut que je m’entraine car c’est loin d’être cousu comme il le faudrait…  j’aurais également apprécié qu’on nous indique dans le livret la longueur et la largeur du point zig-zag.  J’ai vu ici qu’Eclipse Lingerie Studio conseillait (à titre indicatif car ça varie selon le modèle de la MAC) pour la marque Janome une longueur de 2,5 et une largeur de 3, pour la marque Pfaff, une longueur de 4 et une largeur de 2. Bref… je ne sais pas trop quelle est la règle, si vous avez des recommandations ou des préférences, je suis preneuse ! En tout cas moi, ici avec ce jersey de viscose + cet élastique + ma Pfaff Performance 5.0, j’ai réglé mon point avec une longueur de 3,5 et une largeur de 4 et ça me convenait bien comme ça…
Côté endroit / tour de cuisse :

Sur l’envers :

Côté endroit / tour de taille :

Côté envers :

Autre point qui a son importance : où commencer et donc finir la pose des élastiques ? Pour le tour de cuisses, il est précisé de commencer et de finir au niveau du gousset côté dos. Ça crée une surépaisseur, mais en même temps c’est là où c’est le plus discret…. Pour l’élastique placé à la taille, ce point n’est pas abordé. Du coup, j’ai commencé et donc fini au milieu dos, comme je le fais d’habitude pour la couture de vêtements mais le souci c’est que je n’ai pas suffisamment superposé les deux extrémités de l’élastique et au final le raccord se voit et c’est très moche ! C’est en faisant des erreurs qu’on apprend, comme toujours !

J’ai depuis visionné les trois vidéos d’Etoffe Malicieuse qui concerne la pose de l’élastique à festons/picots, vidéos hyper instructives, je vous recommande ! Partie 1 / Partie 2 / Partie 3

Forte de cette première expérience d’Edmond, je me suis dit que j’allais recoudre ce patron et tenter d’autres finitions, histoire de tester, de découvrir et d’apprendre d’autres techniques… Je précise que j’ai à chaque fois utilisé une aiguille stretch (Schmetz), l’aiguille Jersey étant, me semble-t-il, plutôt réservée aux tissus de type maille tricot. Autre point qui a son importance, je n’ai pas modifié le patronage d’Edmond alors que j’aurais clairement dû tenir compte des finitions que j’ai faites car selon la finition choisie, et bien ça augmente ou ça rétrécit la taille du string….

La technique du biais élastique

Pour mon second Edmond, j’ai voulu tester la finition des bords avec du biais élastique. Dans ce cas précis, il me semble que j’aurais donc dû retirer les marges de couture de 5mm au niveau du tour de taille et du tour de cuisses car les marges de couture doivent être à 0, dites-moi si je me trompe…

 

Je précise que cette technique n’est pas proposée dans le livret. Comme pour l’élastique à picots, il se pose en deux temps. Pour ce faire, j’ai regardé la vidéo hyper intéressante, là encore d’Etoffe Malicieuse, qui nous explique comment faire. Partie 1 / Partie 2

Je ne me suis cependant pas facilité la tâche car j’ai pris ici un biais élastique étroit et dont la rainure centrale est en réalité peu visible… Il s’agit d’un élastique lingerie pré-plié dit « haut de gamme » noir d’une largeur de 14 mm soit 7 mm, une fois plié. Je l’ai acheté 0,58€/m sur le site de la Mercerie Extra (il n’est à ce jour plus en stock). J’ai donc clairement galéré avec ce biais fin et étroit… il n’est par conséquent pas étiré de façon tout à fait homogène et mon point zig-zag n’est ni très régulier ni assez près du bord. Je ferai mieux la prochaine fois !

Côté endroit :

Côté envers :

Côté envers / gousset :

J’ai par ailleurs vu quelque part (mais où ?) qu’il était préférable de commencer et de finir la pose de l’élastique au milieu devant (taille) et de cacher la jonction par la pose d’un petit nœud : le résultat est effectivement bien plus esthétique !

 

La technique du colletage / bord gansé de laminette (élastique caoutchouc)

Artesane avait proposé il y a quelques mois, en collaboration avec Charlotte Jaubert, une masterclasse en consultation libre sur YouTube dont le thème était de coudre le body Amoroso. J’en profite pour remercier au passage Artesane (et tous ses profs) qui a mis en ligne de façon généreuse et gracieuse tous un tas de contenus hyper intéressants et instructifs !

Le principe de cette technique c’est de finir les bords par une laminette qu’on vient emprisonner dans du biais. Pour ce faire il faut couper dans du jersey/lycra des bandes de 4 cm de large (dans la laize du tissu) et utiliser une laminette en caoutchouc de 6 mm. J’ai pris ce que j’avais dans mon stock, à savoir de la laminette de 8 mm, ce qui est tout de même un peu trop large…

Voici quelques notes que j’ai prises :
– Point zig-zag large (à titre indicatif car ça varie selon la MAC) : 4,2 (largeur) et 6,5 (longueur)
– Peu de tension (tirer sur 1 cm maxi) voire pas du tout pour la pose de la laminette. Tout dépend de ce que l’on souhaite en terme de confort et de maintien…
– Pour le premier zig-zag : coudre au plus près du bord extérieur. Pour le second : coudre au centre
– Jonction biais + laminette au niveau du gousset : superposition de 1 cm
– Couper l’excédent de tissu sur l’envers, au plus près du point zig-zag. L’utilisation de ciseaux pélican est recommandé.
– Ne pas réutiliser une laminette qui a préalablement été cousue : direction poubelle !

Voici ce que ça donne, côté endroit :

Côté envers :


Côté envers / gousset : c’est assez moche…

Mon avis : C’est certes plutôt facile à gérer et à coudre mais je trouve le rendu visuel grossier. Ça manque de finesse. Si j’avais utilisé une laminette plus étroite, peut-être que ça aurait arranger quelque chose… Je trouve en tout cas que cette finition crée une surépaisseur : ça se sent au porté et ça se voit. Perso, je préfère quand une culotte est discrète voire invisible, sans aucune démarcation…

La technique du bord replié avec laminette de type framilastic/lastin (élastique transparent)

Voici l’élastique en question, ici sa largeur est de 6 mm :

C’est une technique que j’avais déjà testée sur la culotte Sofia de Les Cousettes et pour laquelle j’avais utilisé mes deux machines : surjeteuse et recouveuse :

Le principe est le suivant : on coud la laminette sur les bords de la culotte côté envers (ici à la surjeteuse) en l’étirant très légèrement (clairement ici j’ai trop étiré !) puis on rabat sur l’envers (la valeur de la laminette) comme pour un ourlet et enfin on pique sur l’endroit (ici au point zig-zag).

Côté endroit :

Côté envers :

Côté envers / gousset : vu que les bords sont repliés, ça a réduit d’autant l’intégralité du string. Ça se voit nettement au niveau du gousset qui a presque disparu ! J’aurais donc clairement dû ajouter des marges de couture en conséquence… C’est encore une fois en faisant qu’on apprend et comprend !

Verdict : de toutes ces finitions, celle que je préfère est sans conteste l’élastique à picots dont le rendu visuel me satisfait amplement. Reste à apprivoiser cet élastique… Depuis que j’ai visionné les vidéos d’Etoffe malicieuse, j’ai l’impression d’avoir compris plein de choses : la qualité, la largeur & l’élasticité des élastiques, la gestion de la tension, les raccords… Faut maintenant que je mette tout ça en application… mais curieusement coudre ma lingerie ce n’est pas trop mon truc, je préfère mille fois coudre des vêtements… et vous ?

Je termine ce long article par celui rédigé par Eclipse Lingerie Studio : « tout ce que vous devez savoir sur les élastiques à lingerie » :