Je vous présente aujourd’hui, pour ce défi Burda lancé par Zélie décousue, ma robe coup de cœur : le patron de la robe qui fait la couverture de l’actuel magazine Burda !

Il s’agit donc du magazine Burda de juillet 2019 :

C’est la robe longue n°104 décrite par Burda comme étant une « robe bain de soleil : un très haut volant qui simule un top loose à fines bretelles, une taille élastiquée et confortable et une longue jupe ample et dansante ».

Ce patron est également décliné en version courte :

Tissus conseillés : tissu léger et fluide de type viscose. Et je le confirme car il y a pas mal de fronces au niveau de la jupe ! J’ai donc suivi les conseils de Burda et j’ai choisi cette viscose que je trouve vraiment jolie avec cet imprimé cachemire. Je l’ai a achetée chez Stop Tissus 2€ le mètre (j’ai fini le rouleau : j’ai donc 8m50 ! Vous allez voir plein d’autres projets avec ce tissu !).

Le patron est proposé de la taille 36 à 44. Comme d’habitude, chez Burda, j’ai choisi de coudre la taille 36 et c’est nickel. La partie jupe étant très ample, ça ne pose ainsi aucun problème pour y caser mes hanches !

En ce qui concerne le niveau de ce patron, Burda indique un niveau 2/4, ce que je confirme : « demande des connaissances en couture et/ou du temps ». C’est une robe que j’ai trouvée facile à coudre. J’ai trouvé les instructions claires (ce qui n’est hélas pas toujours le cas), je les ai donc suivies (enfin plus ou moins…) !

Le patron en soi est très simple puisqu’il n’y a que 4 pièces à décalquer : le corsage devant et dos et le volant devant et dos. Pour la partie jupe, la ceinture et les bretelles, ce sont en fait de simples rectangles qu’il convient de dessiner nous-mêmes. Les valeurs de couture ne sont pas incluses. Burda conseille des marges de 1,5 cm, ce que j’ai pour une fois respecté.

Gros coup de coeur donc pour ce patron avec ce corsage volanté, c’est d’ailleurs ce volant, qui je trouve, donne tout le charme à ce modèle. Au final, j’aime ce décolleté droit, ça change un peu des décolletés en V. Pour éviter que ce décolleté au devant ne se déforme, n’oubliez pas de fixer un ruban DF thermocollant sur le bord de l’encolure.

Sous le volant, il y a donc un corsage ajusté:

Il y avait du vent dehors !

Un devant avec pinces poitrine :

et un dos légèrement élastiqué.

Voici ce que ça donne de profil :

Pour la finition du volant, j’ai fait un simple ourlet surjeté que j’ai surpiqué (Burda préconise de faire un double rentré).

En ce qui concerne l’assemblage de ce corsage, j’ai trouvé que ça se cousait facilement. Suivez bien les instructions, positionnez dans le bon sens le volant sur le corsage. Par contre ne faites pas comme moi, n’oubliez pas d’insérer les bretelles dos avant d’assembler ! Les bretelles sont en effet prises en sandwich entre le corsage et le volant. Je vous conseille d’ailleurs de faire un essayage avant de réaliser la coulisse élastiquée du dos pour vérifier et ajuster si besoin la longueur des bretelles. Pour ma part, j’ai dû retiré quelques centimètres (env. 4 cm).

Pour former les bretelles, je n’ai pas suivi les instructions (coudre endroit contre, piquer puis retourner) et puis je les ai entoilées car mon tissu était un peu trop léger. Pour coudre les bretelles, j’ai préféré faire comme pour le top Ségur :  j’ai plié les bretelles comme pour un biais puis j’ai surpiqué les bords : beaucoup plus rapide et efficace !

Parlons à présent de cette coulisse élastiquée au dos : une fois le corsage cousu, on veille tout simplement à bien superposer les deux épaisseurs du dos (corsage + volant) puis on effectue une simple surpiqûre parallèlement au décolleté dos. On insère ensuite l’élastique dans la coulisse formée. Perso, je n’avais pas d’élastique de 0,5 mm, j’ai donc pris ce que j’avais dans mon stock : un élastique de 1 cm. J’ai donc cousu ma coulisse à 1,2 cm du bord. On vient ensuite piquer les extrémités de l’élastique au niveau de la couture latérale, dans le sillon donc.

Sur l’envers :

Avant de fixer les extrémités de l’élastique, il faut mesurer la longueur du corsage du dos et veiller à ce que les dimensions indiquées par Burda soient bonnes (taille 36 = 39 cm). Cette coulisse au final ne fait pas trop blouser le dos et ce n’est pas plus mal.

Arrive ensuite la ceinture élastiquée :

Je l’ai trouvée très simple à coudre : pour la ceinture extérieure, on coud les petits bords ensemble, on obtient ainsi un tube. Pour la ceinture intérieure, on ne coud en revanche qu’une fois les petits bords ensemble pour ainsi obtenir un grand rectangle. On vient ensuite presser au fer les marges de couture des extrémités de ce rectangle (ici 1,5 cm). Ensuite, il faut superposer tout simplement la ceinture extérieure sur la ceinture intérieure envers contre envers : les marges de couture de la ceinture intérieure viennent se positionner sur celles de la ceinture extérieures, au niveau de la couture latérale donc. Cette ouverture au niveau de la ceinture intérieure permettra ensuite le passage de l’élastique.

Burda conseille ensuite de bâtir les longs bords ensemble pour éviter que ça ne bouge ensuite. Perso, j’ai bien épinglé puis j’ai directement assemblé le bord de cette ceinture sur le bord de mon corsage, endroit contre endroit puis sur la partie jupe froncée, endroit contre endroit. Voici ce que ça donne sur l’envers de la robe :

Les valeurs de couture (que j’ai surjetées) sont donc apparentes :

Ne faites pas l’erreur comme moi : j’ai fait l’inverse et j’ai donc ma ceinture intérieure qui est sur l’extérieur : on voit donc l’ouverture laissée au niveau des marges de couture que j’ai refermée ici avec un point zig-zag (j’aurais pu refermer à la main mais bon…) Grâce à mon tissu imprimé, ça reste discret, ouf !

Une fois la ceinture cousue, il faut tout simplement insérer un élastique de 2,5 cm. Faites un essayage pour ajuster les dimensions de l’élastique. Pour la taille 36, burda préconise une longueur de 75 cm que j’ai réduit de 12 cm pour que ça corresponde mieux à mon tour de taille. Par esthétisme, je préfère porter cette robe avec une ceinture (ici du commerce) :

La partie jupe est pas mal froncée, attention donc au tissu que vous utiliserez ! J’essaierai, pour la prochaine, de réduire l’ampleur, histoire de :
1/ diminuer l’ampleur des fronces et 2/ utiliser moins de métrage de tissu.
Sur le plan de coupe ci-dessous, on voit bien que la jupe (pièce C) est positionnée deux fois sur le tissu (= 2 X 1 mètre de tissu) :

Le but serait donc que la jupe entière (devant & dos) puisse rentrer dans ma laize pliée en deux (= 1 mètre de tissu) : il faudrait pour ce faire réduire la largeur de la jupe de 103 cm à 68 cm env. pour la taille 36. Ce doit être jouable, non ?!

Cette jupe longue est finie par un ourlet simple surjeté (Burda préconise un double rentré).

Voilà, vous l’aurez compris, j’adore ma robe longue Burda !!! Je l’ai d’ailleurs portée le week-end dernier, le jour même de mon anniversaire !