Le dernier patron de Sacôtin vient de sortir et il s’appelle Mambo !

J’ai à nouveau fait partie de l’équipe des testeuses pour coudre ce sac. Je remercie vivement Véro de penser à moi pour chacun de ses tests, c’est à chaque fois un privilège et une excitation de pouvoir coudre en avant première ses patrons !

Mambo est un sac urbain zippé pratique, idéal pour mettre en valeur un imprimé. Il est proposé en 3 tailles : Small et Medium (sacs de ville) et Large (version étudiante pour du A4). La bandoulière ajustable permet de le porter à l’épaule ou en travers du buste. L’élément de design en V devant cache une poche fermée par bouton magnétique. 4 poches : 1 poche fermée par bouton magnétique devant, une poche zippée au dos, une poche plaquée et un poche zippée dans la doublure.

C’est un patron de couture qui est proposé au format PDF au prix modique de 6,60 € (étant testeuse, le patron m’a été offert). Voici le schéma technique (les valeurs de couture sont comprises) :

J’ai choisi de coudre la taille Medium qui est un grand sac de ville (largeur 30 cm x hauteur 25 cm x profondeur à la base 12 cm).

 

A nouveau, la Mercerie des Créateurs a généreusement offert aux testeuses le kit pour coudre ce sac Mambo (proposé en trois tailles). Voici ce que le kit comprend : 1 zip non séparable, 2 zips non séparables, 2 anneaux, 1 boucle coulissante rectangulaire, 1 bouton magnétique, 2 embouts de sangle, 1 embout de zip métallique, 4 pieds de sac et 1 rectangle de molleton rigide. Voici ce que j’ai reçu :

Côté tissus, Véro, alias Sacôtin conseille de prendre un tissu uni & un tissu à motif, histoire de mettre en valeur le design de ce sac. Le fait de jouer sur deux tissus contrastants, je trouve que c’est une excellente idée ! J’ai donc pour ma part opté pour deux similis différents : du simili Swarowski gris que j’avais acheté il y a deux ans à la mercerie des Créateurs et pour lequel j’avais bénéficié d’une réduction de 20% (soit 7,16 € le coupon de 40 cm) et un simili légèrement texturé d’épaisseur moyenne que j’ai acheté tout récemment chez Toto Tissus / Réaumur (9,99€ le mètre). Ce dernier m’aura donné quelques sueurs froides notamment en ce qui concerne les surpiqûres des côtés du sac (pièces B)… Mes similis se tenant bien, je n’ai pas eu besoin de mettre de mousse textile (j’en parle ici) mais sachez que si vous souhaitez en mettre, les instructions de montage le prévoit.
Côté explications, elles sont des plus limpides : claires et richement illustrées. Des liens vers des tutos détaillés sont également prévus. Bref, je suis à nouveau conquise par ce patron et ce livret explicatif. Autant vous dire que je suis toujours autant admirative de l’énorme travail accompli par Sacôtin !

Mon seul petit bémol (s’il doit y en avoir un !) : la bandoulière ne fait pas partie de la planche patron, on doit la dessiner nous-mêmes. Je comprends d’ailleurs tout à fait la démarche de Véro. Voici ce qu’elle m’a répondu : « Pour la bandoulière qui n’est pas à taille réelle, il s’agit d’un choix « écolo-économique » qui vise à économiser encre et papier. Même si je ne mets qu’un demi patron c’est tout de même une bande de 16 x 70 cm qu’il faut caser sur la planche des pièces (en gros 3 pages de plus par taille). Le rectangle en pointillé pour la pièce actuelle peut servir de guide pour tracer, il fait la largeur de la bandoulière (je fais toujours ainsi). »

A nouveau, l’assemblage de ce sac est des plus astucieux. Toutes les étapes sont simples en soi, il suffit de se laisser guider par les explications. Le niveau du sac est « intermédiaire », car même s’il est facile à coudre, je trouve qu’il demande tout de même 1/ du temps 2/ de la minutie et de la précision.
Voici mon sac en cours d’assemblage : la doublure d’un côté et l’extérieur du sac de l’autre.
Dans la doublure, on voit que deux poches sont prévues : l’une plaquée compartimentée et l’autre zippée :

 

J’ai bien aimé le V du devant qui cache une poche, c’est hyper bien pensé, comme d’habitude ! Cette poche se ferme grâce à un bouton magnétique.

 

La poche extérieure zippée au dos est d’une facilité à coudre pour un résultat au top !

Comme indiqué plus haut, la petite difficulté que j’ai eue a été de surpiquer les côtés du sac, non pas du fait du patron mais du fait de mon simili… D’une manière générale, pour faciliter la couture de l’assemblage de ce simili, j’ai utilisé plusieurs astuces et techniques : utilisation du pied de biche téflon, utilisation du papier de soie, allongement du point droit, j’ai également pressé au fer pour marquer et aplatir la pliure (avec une patte-sèche !) quand cela était nécessaire et puis dernière chose, j’ai utilisé du ruban double-face (type wonder tape) pour certaines étapes…

Toujours du fait de l’épaisseur de mon simili, j’ai posé des rivets (de mon stock) et fixé des embouts de sangle (prévus dans le kit). Là aussi, le livret explique comment coudre les extrémités de la bandoulière. On a donc le choix.

Autre point, j’ai trouvé que la boucle coulissante était un peu étroite pour le passage de ma bandoulière en simili. Attention donc pour celles qui utilisent comme moi un simili d’une certaine épaisseur… Sinon, Véro conseille de coudre une sangle bi-matière pour les similis justement épais. C’est peut-être ce que j’aurais dû faire…

 

Il n’y qu’une seule surpiqûre que je n’ai pas osé faire du fait de mon simili et de toutes ces épaisseurs (trop peur de tout gâcher) : celle du bord supérieur qui vient fixer l’extérieur et la doublure… C’est en effet l’une des dernières étapes… J’ai donc juste bien presser au fer et ça passe… Si vraiment je vois que ça pose problème, alors je prendrais mon courage à deux mains et ferai cette fameuse surpiqûre finale…

Le sac se ferme par un zip non séparable. J’aime bien cette fermeture que je trouve bien pensée !

Les instructions de montage prévoit de coudre un embout de zip en tissu, ce que j’ai également fait, histoire de jouer les testeuses à fond !

Je vous l’avoue, coudre cette languette dans mon simili, ça n’a pas été de tout repos, c’est une étape que j’ai trouvée difficile (du fait de mon simili) car ça demande minutie et précision pour avoir une jolie finition et une jolie surpiqûre. L’embout métallique est donc un réelle solution si comme moi vous utilisez un simili relativement épais… Avec Sacôtin, on apprend toujours de nouvelles techniques. J’ai ainsi appris à poser un embout de zip en métal !

Il est ensuite proposé en option de poser un fond et des pieds de sac, ce que j’ai fait. J’aime beaucoup cette finition !

Voilà pour ce sac !