J’adore coudre et porter des vestes. Je ne déroge donc pas ici à la règle avec cette petite veste cousue pendant le confinement… Réalisation qui date donc un peu…

Il s’agit du modèle n°4305 de Lekala Patterns : une veste ajustée, courte, zippée au milieu devant. Les manches longues sont finies par des poignets boutonnés. L’originalité de ce patron, ce sont les multiples découpes et empiècements surpiqués au devant, au dos et aux manches. La veste se ferme au cou par un col de type byker (avec patte). Idem pour la ceinture. Les poches sont passepoilées zippées, insérées dans la découpe princesse du devant. La veste est intégralement doublée.

Voici le schéma technique :

Côté tissu, je vous conseille d’utiliser un tissu ayant de la tenue : jean, gabardine, lin, simili cuir. J’ai pour ma part opté pour cette gabardine de coton souple achetée en ligne chez Bennytex, d’une belle qualité pour le prix (5,90€/m). Seule la couleur m’a gênée… le site indique « vert viride » qui s’approchait pour moi à du kaki, ma couleur préférée du moment. Or, à la réception de celui-ci, petite déception : cette couleur m’a de suite fait penser aux blouses/tabliers de chez Truffaut…

Bref… C’est d’ailleurs pour cette raison que je préfère mille fois acheter en boutique physique… En tout cas, cette gabardine est d’excellente qualité et je n’ai pas eu à déplorer, après lavage, de traces blanches ou autres marques disgracieuses.

Pour ce tissu à la couleur un peu particulière, il a donc fallu que je trouve un patron de veste qui soit éloigné le plus possible de cette image de blouse-tablier… J’avais ce patron Lekala et ni une ni deux, je me suis lancée dans la confection de celui-ci.

Avant de coudre ce patron, il faut s’armer de patience au regard de toutes les pièces : j’en ai compté 25, un sacré puzzle ! C’est certainement pour cette raison que j’ai tardé à coudre ce patron… Il a fallut un confinement pour qu’enfin je m’y mette !

Comme d’habitude, j’ai lu en diagonale les instructions lekala. Elles sont de toute façon assez nébuleuses et sans aucun schémas explicatifs… Après avoir coupé toutes les pièces, c’est là un second challenge ! Avec le temps et l’expérience, il faut se faire confiance, rien n’est insurmontable et heureusement ! J’ai donc cousu ma veste avec mes connaissances et tout s’est très bien passé. Je n’ai pas eu de difficultés majeures mais il faut dire aussi que ce n’est pas ma première veste zippée, doublée, etc…

Je n’ai pas pris de photos avec les différentes étapes d’assemblage mais voici quand-même quelques éléments… J’ai cousu dans un premier temps toute la veste côté extérieur (sauf col, ceinture, poignets), puis toute la veste côté intérieur/doublure (sauf col, ceinture, poignets). J’ai ensuite cousu le zip au milieu devant que j’ai pris en sandwich entre les deux vestes (ext. / int.). Les bords supérieurs (encolure) et inférieurs (bas de la veste) et les bords du bas des manches sont donc ouverts. Je n’ai donc pas eu besoin de laisser une ouverture dans l’une des manches ou dans une découpe pour retourner la veste sur l’endroit. Une fois retournée, le milieu devant pressé au fer, les surpiqûres du zip faites, je me suis donc retrouvée avec la veste dont il ne manquait plus que le col, la ceinture et les poignets. Ceux-ci ont été cousu simplement et de façon traditionnelle comme si je n’avais qu’une seule épaisseur de tissu. Si vous n’avez jamais cousu de col ou ceinture avec pattes, je vous conseille d’aller voir le tuto vidéo que propose Elsa d’Uban Fairy pour la robe Antigone. Le principe est quasi le même !

Mes explications sont sommaires, donc si ce n’est pas très clair, n’hésitez pas à me le demander si vous avez une question…

Petite astuce au passage pour gérer les valeurs de couture au niveau des manches (dessous et dessus de manche). Deux solutions : la première est de régler le talon à l’équerre, j’en parle ici. La seconde est de procéder comme suit :

Vous avez coupé vos pièces avec des marges de couture (ici 1 cm), ce qui forme des angles pointus pour le dessous de manche :

Tracer à la craie vos marges de couture sur l’envers (dessous de manche) :

Et positionner la pièce (dessous) sur la manche (dessus), endroit contre endroit :

L’astuce est toute simple, il suffit de positionner l’extrémité de votre trait sur le bord de l’autre pièce comme ci-dessous. La jonction sera ensuite parfaite :

Une fois les deux pièces assemblées, ça donne ça :

Une fois les marges de couture couchées (dans le bon sens) et pressées au fer, ça donne ça :

La jonction entre les deux pièces est ainsi parfaite, pas de décalage !

Il s’agit donc d’une veste courte aux multiples découpes. Je les ai quasi toutes surpiquées (fil polyester standard).

Devant :

Dos :

manche :

J’ai apporté quelques modifications à la veste :
– Manches raccourcies de 2,5 cm
– Poignets de manche simples (pas de fentes indéchirables ni de poignets à patte boutonnées)

 

– Poches à simple passepoil plutôt que poches zippées :

La veste est intégralement doublée (ici le restant de ma popeline de coton de ma tunique Burda, acheté chez Driessen Stoffen et pour les manches une doublure classique acétate) :

Je me suis amusée à porter la veste sur l’envers :

Chose étrange tout de même à signaler : il n’y a pas de pli d’aisance au niveau du patronage de la doublure. En général, il y a toujours un pli d’aisance au milieu dos, au bas des manches et au bas de la veste mais là rien… C’est évidemment au moment de coudre la doublure à la veste que je m’en suis rendue compte… On verra donc si dans le temps, les coutures craquent ou pas. Pour l’instant, aucun dommage à signaler alors que je l’ai déjà portée deux fois. C’est donc plutôt bon signe…

J’ai cousu ma p’tite étiquette :

La veste se ferme au milieu devant par un zip :

Le zip que j’avais en stock était trop long, je l’ai donc raccourci en ôtant quelques maillons avec une pince puis ai remis aux extrémités des arrêtoirs (merci Marie-Christine pour le bon terme !) qui viennent stopper le curseur du zip. Opération délicate (j’en ai cassé plusieurs) mais ça se fait… D’ailleurs, voici quelques précisions transmises par Marie-Christine : « il ne faut pas vouloir les enlever complètement avec la pince mais juste les ouvrir un peu pour dégager les petits ergots du tissu et ensuite les dégager avec les doigts, comme des agrafes« . Ici l’arrêtoir est de couleur argenté alors que le zip est de couleur bronze. Mais ça passe, ça ne choque pas trop…

Le bas de la veste, au niveau des extrémités du zip (endroit / envers) :

Au-dessus du zip, on retrouve un col droit à patte boutonnée de type byker. J’ai décidé d’entoiler le dessus du col, pour lui donner davantage de tenue.

Idem pour la ceinture.

J’ai opté pour des boutons pressions (Prym) plutôt que des boutonnières/boutons. Il faut que j’envoie ma machine à coudre en réparation car elle refuse d’exécuter la plus simple des boutonnières sur tous types de tissu… J’ai tout essayé (nettoyage, papier de soie…) mais rien n’y fait : il y a un réel dysfonctionnement que je ne peux pas résoudre seule. Bref… Les boutons pressions c’est très bien aussi et sur cette veste, je préfère ce moyen de fermeture.

J’ai raté la pose de l’un des boutons-pressions (j’ai inversé l’une des pressions… manque de concentration…) : la veste ne peut donc pas se fermer au bas. Tant pis, ça restera tel quel (le mieux étant l’ennemi du bien, j’ai dont renoncer à tenter de retirer la pression en question…).

Pour les poches, comme écrit plus haut, j’ai opté pour des poches à un passepoil. J’ai utilisé la technique proposée par République du Chiffon (manteau Ernest / article à paraître) : le montage est hyper simplifié pour un résultat au top !

La seule difficulté que j’ai eu, c’est au niveau des surpiqûres : obligée de faire des raccords (on voit donc des points d’arrêt), si vous avez une méthode pour une surpiquer en une seule étape, je suis preneuse !

Autre petit souci, les poches sont prises dans les découpes et sont donc placées un peu trop en arrière. Côté confort, on peut donc mieux faire…

Je peux porter la veste intégralement fermée mais je préfère quand elle est un peu ouverte.

Voilà, je crois que j’ai fait le tour de cette petite veste !