J’ai à nouveau cousu le patron de l’Orchid midi Dress de Chalk and Notch, un patron que je compte bien coudre et recoudre !

Il s’agit à la base d’une robe mi-longue (midi = mi-mollet), le corsage est de forme cache-coeur avec empiècements devant & dos. La robe est resserrée à la taille par un lien à nouer. La partie jupe est fendue au milieu devant et dispose aussi de poches italiennes. Côté manches, deux variations possibles : manches courtes volantées ou manches longues resserrées au poignets.

Si ma version robe midi et manches courtes, vous intéresse, je vous invite à lire l’article ici :

Comme vous pouvez le voir, j’ai raccourci la robe en top/tunique (-48 cm) et j’ai opté pour les manches longues. Vous connaissez maintenant mon amour pour les tuniques ! Je trouve en effet que c’est bien plus facile/pratique à porter au quotidien.

C’est un patron PDF que j’avais acheté en promotion 10,19€ au lieu de 12,50€ (14$). C’est un patron un peu cher, je suis donc contente d’avoir pu bénéficier d’un rabais ! Le PDF est proposé au format A4 et A0. Pour éviter d’avoir à imprimer les 72 pages, j’ai préféré imprimer ce patron au format A0 (= 3 planches), ce qui m’a coûté 10,22€ frais de port inclus chez impressionplan.fr. Et je ne regrette pas du tout cette dépense !

Petite précision/astuce au passage : si votre fichier contient plusieurs pages A0 (par ex. 3), il faut transmettre 3 fichiers distincts. Pour ce faire, vous pouvez utiliser cette application gratuite https://smallpdf.com/fr en cliquant sur « diviser PDF ».
Merci à Lovelyseam qui a partagé l’info via Thread and Needles !

Si vous restez sur un format A4, sachez qu’un système de calques vous permet de n’imprimer que la ou les tailles que vous souhaitez. Et autre info qui a son importance, les marges de coutures sont incluses et elles sont de 1 cm !

Côté tissus, la marque recommande d’utiliser un tissu de poids léger à moyen avec un joli tombé/drapé de type crêpe, batiste/voile de coton, lin, double gaze… J’ai pris ce que j’avais dans mon stock, à savoir cette batiste de coton acheté au poids chez Toto Tissus. Ce jour-là, il y avait 30% sur toute la boutique, autant vous dire que j’ai fait une sacrée affaire avec ce tissu : 4,38€ les 3m50 !!! Donc, si on fait le calcul, ma tunique ici me revient à env. 3,50€ (tissu, élastiques et embouts) !!!

Le tombé est un peu moins souple qu’avec une viscose. Ca se voit d’ailleurs au niveau du corsage qui je trouve, tombe moins bien :

La stature est de 1m74. Pour info, je fais 1m68 et je n’ai pas fait d’ajustement de stature. Côté tailles, ce patron est proposé du 0-24. Un tableau des mesures finies du vêtements figure dans le cahier technique. Au regard de ces informations, j’ai décidé de coudre ce patron en taille 2. Autre point fort, le patron inclut deux corsages différents selon la taille des bonnets.

Côté niveau, ce patron est indiqué comme étant un niveau intermédiaire, ce que je confirme. Cette robe demande tout de même minutie et précision mais il n’y a pas à proprement parlé de grandes difficultés techniques : gestion des fronces, biais d’encolure, ourlets avec coin en onglet (fente devant), poches italiennes et burrito pour l’empiècement dos. Comme j’ai raccourci la robe en tunique, exit les poches et la fente !

Le charme de ce modèle, vous l’aurez compris, c’est ce corsage cache-coeur. Le décolleté est juste comme il faut, il se positionne bien, bref, j’en suis ravie ! Perso, je n’ai pas besoin d’ajouter une pression ou de porter un débardeur en dessous.

Côté finitions de l’encolure, c’est la technique du biais rapporté qui est proposée, ce que j’ai fait mais à ma manière (méthode dont je parle ici).

Ci-dessous, on voit que j’ai tiré quelques fils… Et c’est en plein milieu, comme c’est agaçant !

J’ai ici opté pour un biais en voile noir de chez Fil 2000 :

Au devant et au dos, on retrouve des empiècements.

J’ai bien aimé la technique du Burrito pour l’empiècement et la façon dont est géré le positionnement du devant sur le dos au niveau des épaules (technique du fourreau).

Voici ce que ça donne sur l’envers côté dos :

Pour les empiècements du devant, le patron ne prévoit pas de les doubler, ce que je trouve dommage car la couture surjeté est donc apparente sur l’intérieur. Pour ma version ici, j’ai donc décidé d’y remédier, histoire d’obtenir une finition plus aboutie.

 

Pour info, voici ce que ça donne sans doubler l’empiècement du devant (sur ma précédente version) :

Pour ce faire, c’est tout simple. Voici en images comment je m’y suis prise :

J’ai ensuite repris les explications du livret et on obtient le résultat intérieur que voici : toutes les marges de couture sont cachées :

L’autre détail de ce patron qui m’a charmée, c’est le lien à nouer au devant.

Le patron propose une coulisse à la taille qui permet de faire blouser le corsage.

Le lien est cousu à un élastique qu’on ne voit pas puisqu’il est caché dans la coulisse. Ca permet un confort au porté fort appréciable. C’est une astuce dont je vous avais parlé ici.

Par manque d’élastiques (tunique cousue durant la période de confinement), j’ai coupé un élastique en deux, histoire d’obtenir un élastique d’une largeur finale de 1,5 cm. Pour éviter que le bord ne s’effiloche, j’ai fait un point zig-zag tout du long. Il est certain que ça aura une durée de vie limitée dans le temps mais en attendant, c’est la seule solution que j’ai trouvée…

Au bout des liens, j’ai mis ces petits embouts en métal qui viennent de la boutonnerie Saint-Denis (0,50€/pièce), boutique située près de chez Fil 2000 :

J’aime vraiment beaucoup la méthode proposée pour coudre cette coulisse. L’assemblage est astucieux (et facile !) car la coulisse vient simplement se positionner sur le haut de la jupe puis est surpiquée en place. Le haut de la coulisse est ensuite pris en sandwich entre la jupe et le corsage et le tour est joué !

Voici ce que ça donne sur l’envers :

J’ai cette fois-ci opté pour les manches longues et je préfère nettement ces manches à celles qui sont courtes et volantées.

Par manque d’élastique, j’ai hyper réduit la longueur de l’élastique mais ça passe !

Le bas des manches est élastiqué, autre détail qui me plait bien !

Un double rentré dans lequel on insère un élastique :

Par contre, ce que j’aime moins, ce sont les têtes de manche qui sont froncées. C’est certes plus facile à coudre car il n’y a pas d’embu à gérer, mais ça donne un côté trop féminin, c’est donc quelque chose que je modifierai la prochaine fois !

Voilà pour cette tunique Orchid !