C’est le printemps, ça va donc être le retour des blouses cousues main !

Voici la description de cette blouse par Fibre Mood : « Les chemisiers victoriens sont pudiques à cause de leur col montant, mais en même temps très sexy. Ce chemisier Victoria aux manches longues avec manchettes et un col montant à volants
se porte facilement sur un jean boyfriend. Succès garanti. »

Voici le schéma technique :

Fibre mood ajoute, dans ses conseils de style, que « les tops victoriens au col montant attirent l’attention sur votre cou, remplissent le cou et le font paraître plus court, allongent le haut du corps et soulignent les seins… Le Top Victoria est joli pour les silhouettes au long cou ». Ca tombe bien, c’est mon cas !

Ce patron a été proposé en téléchargement gratuit au format PDF pendant quelques semaines avec un petit concours à la clé (Victoria pattern hack) pour celles et ceux que ça intéressait.

Ce patron fait partie des modèles proposés dans le magazine Fibre Mood n°3. Je n’ai encore jamais acheté ce magazine mais je dois bien avouer que le graphisme est tout simplement topissime. Ce magazine donne un sacré coup de jeune aux magazines spécialisés couture, il est vraiment très agréable à feuilleter. Pour info, il est actuellement vendu à l’unité au prix de 12,50€ mais il y a aussi une formule abonnement qui permet d’économiser quelques euros. Le concept de ce magazine est assez particulier car, si j’ai bien compris, on retrouve dans le magazine la planche patrons et les instructions de montage sont, quant à elles, consultables en ligne.

Sachez que Fibre Mood propose aussi à la vente leurs patrons sur leur site. La blouse Victoria est donc par exemple disponible à l’achat au format PDF (7,50€) mais aussi au format papier (9,95€).

Petit bémol concernant le patron : les marges de couture ne sont pas incluses. Un schéma vous précise la valeur à ajouter selon l’endroit où l’on coud. Les marges sont donc soit de 0,5 cm, soit de 1 cm ou encore de 1,5 cm. Perso, j’ai mis partout 1 cm pour les coutures d’assemblage et 1,5 pour les ourlets.

Le patron est proposé de la taille 32 à 54 et d’après le tableau des tailles et le tableau des mesures finies du vêtement, j’ai choisi de coudre la taille 36 et je trouve qu’elle me va bien. L’aisance apportée au modèle me convient bien.

Le niveau de difficulté est 3/5, ce que je confirme puisqu’il y a tout de même quelques détails techniques comme le col vicorien, l’empiècement en V du devant et les manches longues finies par une fente indéchirable et des bracelets de manche boutonnés.

Côté tissus, le métrage nécessaire va de 1m35 à 2m30selon la taille choisie. La marque conseille de choisir un tissu de type broderie anglaise, coton léger ou viscose. J’ai opté pour cette viscose de couleur kaki acheté chez Stop tissus (2€/m).

C’est une viscose fine, fluide et pas si évidente que ça a travaillé, que ce soit au niveau de la coupe qu’au niveau de la couture… J’aurais pu choisir la facilité en vaporisant du Fabulon sur ce tissu (histoire de rigidifier cette étoffe) mais j’ai préféré la coudre telle quelle, histoire de me challenger un peu… Et puis c’est comme ça aussi qu’on apprend et qu’on progresse.

Côté livret technique, j’ai trouvé les instructions de montage claires et richement illustrées. On est accompagné à chaque étape et c’est fort agréable.
J’ai particulièrement apprécié le soin apporté à la mise en page et au graphisme général que j’ai trouvé très professionnel : c’est frais, épuré, design, bref je suis conquise ! Ces instructions de montage sont en consultation libre dès lors que vous êtes inscrits, je vous invite donc à aller y jeter un œil !

Alors, alors…
Tout le charme de cette blouse, vous l’aurez compris, c’est le col victorien :

Il est composé d’un pied de col et d’un volant froncé :

Perso, j’ai préféré fixé l’intérieur du col à la main plutôt qu’avec une surpiqûre :

Ce col se ferme au dos par deux petites agrafes. Je n’en ai mis qu’une, faut vraiment que j’ajoute la seconde !

Les agrafes permettent de fermer le pied de col bord à bord :

Comme vous pouvez le voir, il y a une fente au milieu dos. Cette ouverture permet à la la tête de passer aisément.

J’ai suivi les instructions de montage pour former cette fente mais il manque à mon avis un crantage qui aurait dû permettre la liaison entre la couture du milieu dos dont les bords sontsurfilés et celle de la fente dont les bords sont finis pars un double rentré. Plutôt de piquer un U, j’ai préféré piquer un V, simple goût personnel.

Sur l’endroit :

Sur l’envers :

L’un des autres charmes de cette blouse, c’est le devant avec ces fronces sous empiècement. La technique est bien expliquée et les schémas permettent de bien visualiser les étapes successives. Il est suggéré de réaliser une surpiqûre décorative, ce que je n’ai pas fait.

Si j’en recouds une, faudrait que je réduise un peu la longueur d’épaule :

Voici la blouse vue sur l’envers :

Le dernier détail technique de cette blouse, c’est la manche longue qui est finit par une fente indéchirable et un bracelet de manche boutonnée :

J’ai trouvé les instructions & les schémas particulièrement clairs pour réaliser la fente indéchirable. Toutefois, si c’est la première fois que vous en cousez une, c’est vrai qu’une vidéo vaut toutes les explications du monde…

Pour le montage du bracelet de manche sur le bas de manche, je n’ai pas suivi leurs instructions. J’ai préféré suivre la méthode que j’utilise habituellement. Après toutes les méthodes se valent puisque le résultat est le même. Mais bon, on a toutes et tous nos préférences… Idem pour les finitions intérieures du poignet que j’ai faites à la main, il n’y a ainsi pas de surpiqûre apparente.

J’ai fixé un bouton pression métallisé de mon stock, il s’agit de petites pressions Prym, déjà utilisées pour coudre la blouse de Anna rose Patterns.

Pour l’ourlet du bas de la blouse, j’ai fait un double rentré de 0,7 cm, come préconisé dans les explications du livret :

Voilà pour la blouse Victoria !

Je lis ce matin qu’il est prévu cette semaine un sew-along pour coudre la robe Charlotte dont le patron est proposé gratuitement. Si ça vous intéresse, c’est par ici !