Je n’étais vraiment pas sûre de pouvoir relever ce défi burda du 1er août, mais j’y suis tout de même arrivé ! Et en plus il s’agit d’une cousette pour homme, ce qui, en soit est un autre sacré défi !

Il s’agit du modèle n°128 du magazine Burda de juillet 2019 : une chemise de forme légèrement liquette avec plastron boutonné au devant, col montant, manches longues finies par des parements et poignets de manche. Le modèle présenté dans le magazine est réalisé dans un lin de couleur marine. Ca tombait bien, j’avais dans mon stock un reste de coton denim ! Autant vous dire que je n’ai fait preuve d’aucune originalité !

Voici le schéma technique :

Le tissu que j’ai choisi pour cette chemise est une cotonnade que j’ai acheté chez Tissus Reine au prix de 8,90€/m. Je n’aurais clairement pas dû laver ce tissu à 60° car il est ressorti délavé et qui plus est avec des marbrures blanches… Petite déception donc… d’autant plus que j’ai acheté 5 m de ce tissu ! Les trois mètres restant ont été utilisés pour coudre la robe Miss Manon de Gasparine que je vous présenterai prochainement.

Par manque de tissu, je n’ai pas pu coudre les manches longues proposées par le patron. J’ai donc rétréci les manches, ce qui donne un côté estival à cette chemise.

Pour donner un peu de style, j’ai ajouté des petites pattes fermées par des pressions. C’est purement décoratif et puis ça rappelle le plastron du devant.

Pour l’ourlet, j’ai fait un premier rentré de 1 cm puis un second de 3 cm :

Côté tailles, le patron est proposé de la taille 44 à 54. Au regard du tableau des tailles, j’ai choisi la plus grande taille que j’ai élargie au niveau des coutures latérales et des manches pour répondre à la morphologie mais aussi aux exigences de mon mari qui souhaitait une blouse ample et tout confort ! J’ai également de ce fait, descendu l’emmanchure.

Je me suis en fait calée sur une chemise du commerce que mon mari aimait bien et dans laquelle il se sentait à l’aise. Cela m’a permis de procéder à ces divers ajustements et élargissement. Sacré défi donc car je n’étais vraiment pas sûre que ces modifications allaient convenir… Mais bon, ma foi, la blouse lui plait, il s’y sent relativement à l’aise. Il reste encore des ajustements à faire, notamment au niveau du haut du dos mais chaque chose en son temps !

Au dos, le patron prévoit un pli creux :

Il est fixé par une surpiqûre en triangle :

Voici ce que ça donne sur l’envers :


Ce patron fait partie du workshop de Burda : une double page est donc consacrée à ce modèle : un pas à pas illustré est ainsi proposé en fin de magazine, ce que je trouve tout de même mieux que les habituelles instructions écrites au kilomètres et sans aucun schéma…

J’ai à vrai dire survolé les explications de montage car j’ai décidé de coudre cette chemise comme je l’entendais. Je n’avais en effet pas envie de coudre le plastron comme le décrivait Burda.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plastrons sont doublés : ils sont coupés au pli du tissu. Par manque de tissu, j’ai dû faire une couture au milieu devant de l’un des deux mais ça ne se voit au final pas, ouf ! J’ai ensuite cousu le plastron sur le bord de l’encolure endroit contre endroit, tout simplement (ça demande tout de même un peu de dextérité car tout est en courbe). Avec cette façon de faire, il n’y a donc pas de surpiqûre apparente.

Le patron prévoit des boutons/boutonnières. J’ai préféré opté pour des pressions de la marque Prym. Normalement elles sont prévues pour des tissus de type jersey mais ça fait également très bien le job sur du chaine & trame.

Voici ce que ça donne sur l’envers. Côté finition des bords, il s’agit ici d’un simple point zig-zag car je n’avais pas, au moment de coudre cette chemise, de surjeteuse (chemise commencée chez mes parents lorsque j’étais en vacances et terminée là tout récemment chez moi) :

Pour obtenir un résultat correct, j’ai coupé le bord de mon tissu (qui s’effilochait pas mal) de façon très nette avant d’exécuter mon point zig-zag. Une fois effectué, j’ai à nouveau coupé tous les petits fils qui pouvaient encore dépasser…

Parlons à présent du col montant : porté ouvert, je trouve ça personnellement plus joli.

Je l’ai là aussi cousu à ma sauce : j’ai préféré coudre l’intérieur du col à la main.

Voici ce que ça donne sur l’envers :

Cette chemise est de forme légèrement liquette : le bas est arrondi, ce que j’aime bien.

J’ai fait un double rentré en guise d’ourlet :

Voilà pour ce défi Burda, je vous invite à aller voir sur le blog de Zelie Décousue, ce que les autres couturières ont réalisé ce mois-ci !