Voici Hélios, le dernier patron d’Atelier Scammitt.

Voici la description de ce patron par la marque : « Helios est une robe à l’allure solaire. Elle est à la fois féminine par son col V et sa taille marquée, mais aussi vaporeuse avec ses jolies manches papillons réalisables en 2 longueurs. Au dos, la taille est marquée par un élastique, prolongé sur le devant par un lien à nouer, customisable à l’envie. Les 2 longueurs de manches et les 3 longueurs de robe font d’elle une pièce très versatile, allant de la petite robe de plage à une élégante tenue de cocktail. »

Voici le schéma technique :

J’ai pour ma part opté pour la version robe courte/manches courtes. Robe que j’ai raccourcie en tunique par manque de tissu et au final j’aime bien !

La forme de ce modèle est amusant avec ces grandes manches :

Ce patron, on l’a pas mal vu sur la toile. Les versions sont toutes plus belles les unes que les autres ! Il a d’ailleurs fait l’objet d’une soirée spéciale organisée par les coupons de Saint-Pierre à laquelle plusieurs couturières que vous connaissez certainement ont participé.

Ce patron existe au format pochette (15€) et au format PDF (9,50€). J’ai opté pour le format pochette, les frais de port étaient offerts au moment où je l’ai acheté. Chez Atelier Scammit les marges de couture sont incluses et ça c’est fort appréciable.

En revanche gros bémol pour la planche papier car les pièces se superposent (60% de superposition) ! Cette info apparait clairement sur le site, j’aurais dû mieux lire… Décalquage obligatoire, donc… car au final toutes les pièces se superposent sauf les parementures & la glissière.

Perso, j’ai eu quelques difficultés de compréhension :
1/ L’emplacement des boutonnières/œillets n’apparait pas sur le patronage. La dimension de l’oeillet ou de la boutonnière n’est pas non plus indiquée. J’aurais aimé avoir cette information. Il est juste indiqué de découper un rectangle d’entoilage de 3 cm x 5 cm.

2/ Il n’y a pas de repère de placement de la glissière (ce que moi j’appelle coulisse) au niveau des bords latéraux (petits côtés) : où doit s’arrêter précisément la glissière ?

D’après la pièce patronnée, une fois les marges de couture de 1 cm rabattues, elle devrait arriver à 1 cm du bord. Or, les valeurs de couture sont à cet endroit de 1,5 cm (coutures anglaises). Ca se chevauche donc lors de l’assemblage des coutures latérales, ce qui est tout de même un peu bizarre, non ?
Pour ma prochaine version, je compte réduire la longueur de cette coulisse, histoire qu’elle vienne se positionner à 2 cm du bord. Elle ne sera ainsi pas prise dans la couture d’assemblage des côtés.

3/ je n’avais pas compris au premier abord que l’emplacement de la surpiqûre était différente pour la version B. Les deux versions de manches (A et B) se superposant, je n’avais au préalable pas compris que la surpiqûre devait s’arrêter au niveau du second cran. La flèche rouge indique donc la piqûre à effectuer pour la version B.

Je n’avais effectivement pas compris ce que signifiait la flèche horizontale avec l’indication « version B uniquement »…

Côté tailles, le patron est proposé du 34 au 48. J’apprécie grandement que la marque fasse apparaitre le tableau des mesures finies du vêtements. Ca m’a donc permis de voir quelle aisance avait été apportée au modèle. J’ai donc choisi de coudre une taille 36 pour le haut et une taille 40 pour le bas, histoire d’être suffisamment à l’aise et donc confortable.

Côté tissus, la créatrice conseille des tissus à poids très léger à léger & très fluide de type batiste, crêpe, denim léger, viscose… métrage nécessaire : de 1m90 (version courte) à 3m (version longue). J’ai opté pour de la viscose que j’ai achetée chez Tissus Reine (10,90€/m). Comme je n’avais qu’1m50 de ce tissu, j’ai été contrainte de raccourcir la robe de 15 cm. Résultat, j’ai une tunique !

Le niveau annoncé est débutant. Très franchement, je souhaite bon courage aux débutants qui voudraient se lancer dans cette robe car il y a tout de même des techniques qui demandent minutie et précision. Qui plus est sur un tissu de type viscose… La finition proposée pour coudre l’encolure en V est hyper délicate à réaliser. Moi je dis chapeau aux débutants ! Idem pour la gestion des ourlets (double rentré de 0,7 cm), les coutures anglaises des côtés… et sans parler de la surpiqûre finale… Bref pas simple ni très intuitif comme montage. Une vidéo du montage est en en consultation libre sur le site. Elle n’est pas hyper détaillée mais ça donne un aperçu de ce qui nous attend en terme d’assemblage et de finition. Donc avant d’acheter, je vous conseille d’évaluer les difficultés en regardant la vidéo.

J’ai suivi les conseils d’atelier Scammitt pour reporter les lignes et repères du patron en utilisant du papier carbone (j’espère juste que ça partira bien ensuite au lavage !) :

Pour la surpiqûre, j’ai fait un point de bâti en plus d’un marquage au style frixion.

Cette surpiqûre se fait une fois la robe finie : il convient de superposer minutieusement le devant & le dos du corsage, de tout bien épingler et de coudre cette fameuse ligne. C’est une technique qu’on a peu l’habitude de voir.

Cette surpiqûre est discrète, on ne la voit pas du tout (enfin sur mon tissu imprimé…) :

En tout cas, cette fameuse surpiqûre est bien pensée car elle permet de fermer l’emmanchure. On peut donc lever les bras sans montrer son soutien-gorge.

En terme d’assemblage, le livret propose des coutures anglaises pour les épaules et les côtés, ce que j’ai fait.

Côté épaules :

Côté coutures latérales :

A gauche la coulisse avec liens, à droit la coulisse avec élastique :

Les manches sont de style papillon, aériennes et amples. On peut lever les bras sans être entravés dans ses mouvements.

Pour la finition, il s’agit en guise d’ourlet, d’un double rentré de 0,7 cm :

Ce que je trouve en revanche un peu moyen, c’est la jonction entre les manches dont l’ourlet est cousu et la couture des côtés :

Mais en même temps, je ne vois pas trop ce qu’on peut faire d’autre…

J’aime beaucoup cette encolure en V, elle est juste comme il faut :

Comme évoqué plus haut la finition n’est pas évidente à réaliser. J’aurais tendance à conseiller aux débutants (plutôt que de faire un repli de 0,5 cm), de surjeter les bords extérieurs de la parementure…

Voici ce que ça donne sur l’envers :

Au devant, il y a un lien qui permet d’ajuster la tunique comme on le souhaite :

J’ai posé des œillets de la marque Prym. Je les trouve un peu gros pour une viscose aussi fine mais c’est tout ce que j’avais en stock…

J’ai fini les extrémités des liens en ajoutant des embouts, là aussi de mon stock :

Ces liens passent par une coulisse/glissière qu’on a préalablement cousue. Voici ce que ça donne sur l’envers :

Au dos, il s’agit d’une coulisse élastiquée.

Voici ce que ça donne sur l’envers :

Une photo en cours de montage : une fois la coulisse surpiquée, on insère l’élastique :

Je vous conseille de bien sécuriser les extrémités de l’élastique. J’ai préféré pour ma part ajouter un point zig-zag tout du long. C’est moins esthétique c’est sûr mais c’est je trouve plus résistant.

Pour l’ourlet du bas de ma tunique, j’ai également suivi les instructions en cousant un double rentré de 0,7 cm.

Voilà pour cette tunique que j’emmène bien évidemment dans ma valise de vacances !

Dans les chutes de ce tissu, j’ai pu coudre ce pochon (patron maison) qui me sera bien utile dans ma valise pour y ranger sous-vêtements, chaussettes ou encore maillots de bain !

Du coup j’en ai cousu 8 autres dans diverses chutes de tissu de mon stock !