Aujourd’hui 1er avril c’est défi Burda !

Ce mois-ci, j’ai choisi de coudre le modèle n°119 du magazine Burda en cours, c’est-à dire-avril 2019 !

Véritable coup de cœur pour cette robe longue !!!

Il s’agit d’une robe-chemisier d’esprit saharienne avec un col officier, des poches à rabat, une longue patte de boutonnage et des manches kimono avec pattes d’épaules (Burda appelle ça des emmanchures débordantes). La robe est évasée et ceinturée à la taille.

Avant de me lancer dans la couture de cette jolie robe longue, je me suis dit qu’il était certainement préférable de coudre ce modèle dans un version plus courte, histoire de vérifier le seyant, la taille… Pour ce faire, j’ai donc coupé la partie jupe au niveau de la ligne du modèle 120.

Côté tissu, j’ai pris un une cotonnade de mon stock : une jolie broderie anglaise que m’avait offerte récemment mes parents. Une viscose aurait été préférable, c’est sûr, mais j’ai fait avec ce que j’avais dans mon stock et le résultat me plait beaucoup !

Côté taille, j’ai opté, comme d’habitude pour la taille 36. Pour info, le patron est proposé de la taille 36 à 44. J’ai n’ai procédé à aucune modification. Le fait que la jupe soit évasée, c’est parfait pour moi. Cette coupe est en effet idéale pour toutes celles qui ont une morphologie en A.

Côté niveau, Burda annonce un niveau 3/4, ce qui veut dire : « nécessite des connaissances en couture approfondies ». En toute objectivité, je n’ai pas trouvé ce patron difficile à coudre, bien au contraire. Les seuls points techniques sont à mon avis le col officier et la patte de boutonnage. Les explications ont été suffisamment claires pour moi. Comme vous le savez, chez Burda il n’y aucune illustrations mais j’ai trouvé tout de même qu’ils avaient fait un effort côté instructions de montage. Je n’ai toutefois pas suivi à la lettre leurs explications mais c’est par pur goût personnel. Je vous en reparlerai plus bas.

Bonne nouvelle, mais vous le savez certainement : retour des plans de coupe dans les magazines Burda ! Ces plans avaient en effet disparu il y a quelques mois mais les revoici enfin ! Une discussion sur Thread & Needles l’avait évoquée.

A présent, regardons de plus près les détails de cette tunique à « emmanchures débordantes ».

Voici une vue sur l’envers :

Les emmanchures vues sur l’envers :

J’ai fait un ourlet simple surpiqué.

Le patron propose de coudre une ceinture à boucle, ce que je n’ai pas fait. J’ai préféré utilisé une ceinture élastiquée du commerce :

Le modèle prévoit un col officier, ce que j’aime beaucoup :

Porté ouvert, c’est tout de même mieux :

Pour info, je l’ai fini à la main sur l’intérieur.

Un des jolis détails de ce patron : les pattes d’épaules.

C’est hyper simple à réaliser, car c’est pattes sont tout simplement plaquées puis surpiquées en place. Voici en photos comment je m’y suis prise :

J’ai tout d’abord surjeté les emmanchures puis presser au fer la valeur d’ourlet (ici 1 cm) :

Sur la photo ci-dessous, on voit l’envers de la patte d’épaule rectangulaire : les bords sont tout simplement repliés sur l’envers puis pressés au fer. L’autre petite patte est cousue puis retournée sur l’endroit par l’un des côtés laissé ouvert.

J’ai marqué un repère de ma future piqûre d’ourlet puis un second pour marquer l’emplacement de ma petite patte :

Les extrémités de la petite patte « volante » sont placées sous la patte rectangulaire :

On vient ensuite surpiquer la grande patte et le tour est joué ! La petite patte est ainsi prise en sandwich.

Parlons à présent de la patte de boutonnage. Il s’agit d’une patte de boutonnage à-même.

En ce qui concerne la gestion de la patte de boutonnage avec l’ourlet du bas de ma tunique, j’ai préféré coudre à ma façon. Pour info, j’ai fait un ourlet simple surjeté de 1 cm. Voici en photos comment j’ai procédé. Il faut bien marquer au fer les pliures de la patte. Idem pour l’ourlet.

Il faut contrarier la pliure comme ci-dessous :

On vient coudre le bas de la patte de boutonnage, à 1 cm du bord, au niveau de la pliure de l’ourlet :

On retourne sur l’endroit et voici ce que ça donne :

On vient ensuite effectuer une piqûre nervure tout le long de la patte de boutonnage :

On coud ensuite l’ourlet et c’est fini. Voici le résultat final :

Burda indique de faire 7 boutonnières/boutons. J’ai préféré en mettre 10.

Plutôt que des boutons, j’ai posé des pressions (Prym) que j’ai espacées de 8 cm.

Au devant, on retrouve des poches plaquées à rabat. J’ai revu les dimensions du rabat car ça ne correspondait pas avec mes poches…

Je me suis rendue compte que je pouvais porter cette tunique comme si c’était une veste ou sur-chemise. J’aime bien l’idée !

Voilà pour ce chemisier-tunique que je suis très contente d’avoir cousu ! Cec patron est une pépite, je suis conquise ! Allons à présent voir ce qu’ont réalisé les autres couturières via le blog de Zélie-décousue !