Tout est dans le titre ! J’ai cousu la veste Michelle de République du chiffon mais avec certains détails de la veste Nénuphar de Deer & Doe !

Voici la description de la veste Michelle par sa créatrice : « c’est une veste mi-saison doublée, la petite sœur du Manteau Gérard, avec un long col châle, deux grandes poches plaquées et une poche poitrine. Elle peut être boutonnée si vous le désirez ou portée ouverte. »

Voici le schéma technique  :

La veste est donc de forme « boîte », c’est à dire que la taille n’est pas marquée et qu’il n’y a ni découpes ni pinces poitrine. D’une manière générale, je préfère porter des vestes cintrées ou ceinturées à la taille mais j’aime aussi porter ce genre de veste dont la coupe est simple & sobre.

Le patron est disponible au format pochette (16 €). A l’époque je l’avais acheté 15€ et j’avais alors vite déchanté quand j’avais vu que les pièces du patron se superposaient… Attention donc car décalquage obligatoire (et oui je fais partie de celles qui découpent directement leur patron !) Petit bémol pour moi, les valeurs de couture ne sont pas incluses ! Ce qui rajoute donc du travail en perspective !

Le patron est proposé de la taille 34 à 46. J’ai fait un compromis en choisissant de coudre la taille 38 pour que mes hanches puissent passer (je fais taille 36 pour la poitrine, 34 pour la taille et 40 pour le bassin). Et puis de toute façon c’est une veste que je laisserai ouverte (je n’ai pas mis de bouton) donc pas de souci.

Pour information, il n’y a pas de tableau avec les mesures du vêtement fini. On ne sait donc pas (à moins de mesurer le patron) qu’elle est l’aisance apportée au modèle. Petite remarque au passage, le tour de taille chez RDC est plus grand que ce qu’on a l’habitude de voir chez les autres créateurs/patrons. Le tour de taille 36 chez RDC est de 70 cm, chez Deer & Doe c’est 64 cm, soit une différence de 6 cm tout de même… Bref chez RDC la taille n’est pas très prononcée. Ivanne Soufflet avait d’ailleurs rédigé il y a quelques années un article fort intéressant sur « Une histoire de TAILLE et de BIEN-ALLER » : « la « silhouette-type » la plus récente de Géraldine présente donc une morphologie à la taille moins marquée, plus « droite » (+ rectangle)… »

Ce patron, je l’avais déjà cousu une première fois dans une version hiver (en lainage donc) et j’avais déjà procédé à quelques modifications du patron, à savoir :
1/ Longueur des épaules réduites de 3 cm + ajout d’épaulettes
2/ Corps de la veste allongé de 5 cm
3/ Ajout de poches passepoilées raglans

En ce qui concerne le montage, le niveau annoncé est de 3/4 et je le confirme. Sachez qu’un pas à pas détaillé et illustré en photos est proposé par la créatrice, ce qui aide grandement à la compréhension et à la réalisation de cette veste dont les points techniques restent le col châle et la doublure. Et ça c’est un vrai plus, c’est vraiment fort appréciable ! Autant vous dire que je n’ai pas lu le livret !

Parlons à présent de la veste Nénuphar de Deer & Doe : patron que je n’ai pas acheté mais dont je me suis fortement inspirée ! Voici la description faite par la créatrice : « Veste courte façon kimono avec fronces au dos. Version A manches ¾ et poches plaquées, version B manches longues froncées. »

Voici le schéma technique :

Le patron est proposé au format PDF A4 & A0 (11€) et au format pochette (14€) de la taille 34 à 52 (uniquement en PDF pour les tailles 48 à 52). Le niveau annoncé est de 3/5. Les marges de couture sont incluses (1,5 cm) et le tableau des mesures du vêtement fini est présent. Autre information : la veste n’est pas doublée.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré le détail du col cranté de la veste Nénuphar, je l’ai donc repris ! Après cette version hiver, j’avais donc très envie d’avoir une version printemps/été/automne. J’ai donc choisi du lin que j’ai acheté à Paris dans la boutique Modes & travaux (30€ les 3 mètres). Il apparait ici marron mais en fait il est bien kaki !

Ce lin n’étant pas à l’origine prévu pour réaliser une veste, j’ai donc préféré entoiler complètement toutes les pièces du patron, histoire que mon lin ait une meilleure tenue. Ci-dessous voici ma veste avant la pose de la doublure :

L’une des propriétés du lin c’est qu’il se froisse. C’est donc le cas ici mais ça ne me dérange pas, j’aime cet aspect naturellement froissé.

Avant de me lancer dans la confection de cette veste, j’ai donc un peu revu le patronage de la veste Michelle pour une en faire une version Nénuphar.

J’ai modifié le col châle pour y insérer cette jolie découpe : côté veste mais aussi côté parementure. J’ai fait au plus simple en faisant très peu de modifications : j’ai juste dessiné l’emplacement de mes crans et réduit un peu la hauteur du col châle. Je porte donc la veste avec le col châle relevé. Certainement qu’il aurait fallu que je fasse un réel travail de patronage, mais ça me convient très bien comme ça.

C’est en voyant les photos que je me rends compte que j’aurais peut-être dû mettre au pli le col châle… Ceci dit, sur la veste Nénuphar, le col a également une couture au milieu dos.

Bien que ma veste soit entoilée, la partie col/dos a tendance, au fil du temps, à légèrement se déformer. Peut-être aurais-je du prévoir sur cette partie un entoilage plus épais…

Je peux toutefois décider de porter cette veste avec le col châle tel qu’il est prévu à l’origine. Ca donne alors un effet col tailleur :

Le souci en revanche, c’est qu’il manque clairement de la matière au niveau du tombant de col :

Parlons à présent du second détail : j’ai ajouté des poches passepoilées, toujours avec le même détail de cran.

J’ai réalisé une pièce d’étude avant de me lancer dans la découpe de mon tissu, histoire de vérifier les proportions et autres détails d’assemblage.

Une fois les réglages faits, je me suis lancée dans les poches de ma veste ! Et là, il faut bien l’avouer, il y a toujours un peu d’appréhension…

Je suis ravie d’être allée au-delà de mes appréhensions en ajoutant ce détail qui donne davantage de cachet à cette veste !

Le patron prévoit une doublure à la veste, ce que j’ai donc fait. Mais avant de poser ma doublure, j’ai bagué toutes les parementures pour que celles-ci restent bien en place (bas de veste, bas de manche, parementure devant et dos / col châle). La créatrice préfère glacer tout cela après la pose de la doublure, moi je préfère avant. En tout cas, cette étape est absolument capitale, je vous la recommande vivement !

La créatrice a prévu des parementures d’ourlet pour le bas de la veste et le bas des manches. Détail qu’on ne voit pas beaucoup dans les autres patrons. J’ai suivi les instructions pour la doublure et notamment la gestion de la doublure avec le bas de parementure. C’est vraiment très bien expliqué, je ne vais donc par en parler ici.

Y’a pas à dire, la doublure ça finit bien le vêtement, ça camoufle toute la partie intérieure de la veste, l’entoilage, les poches… et ça donne une meilleure tenue à la veste.

Voilà je suis ravie d’être allée au bout de mon idée de départ, c’est une veste que je vais souvent porter !