Quoi de plus cohérent que de coudre des maillots de bain en plein hiver ?! Et oui c’est aussi ça la couture : pouvoir coudre ce qu’on a envie quand on en a envie !

A la base, tout est parti d’une commande que ma mère m’a faite : reproduire son bas de maillot de bain du commerce. Elle m’a ainsi remis son maillot du commerce (en bleu) et un coupon de jersey lycra noir qu’elle a acheté chez Diffuslaine Tissus à Saint-Nazaire.

A la base coudre du maillot de bain, ce n’est pas du tout mon truc, ma dernière expérience avait d’ailleurs été plutôt douloureuse… Un tissu difficile à manier, trop d’ajustements à faire… bref, la couture ce n’est pas toujours rose : ça génère parfois du stress surtout qu’on on veut coudre la veille des vacances un projet pour lequel on ne maîtrise pas la technique…

Bref, c’est comme ça aussi qu’on apprend et qu’on progresse… Je m’y suis donc mise et j’ai cousu le bas de maillot de bain pour ma mère. Pour ce faire, je suis partie du maillot de bain existant afin d’en relever le patron. Exercice pas si évident que ça à faire puisqu’il y les élastiques à gérer et les découpes froncées du devant… Pour vérifier que mon patronage était correct, j’ai préféré faire une culotte sans les découpes du devant. Si ma base est bonne, je pourrais alors ajouter ces découpes… Mais chaque chose en son temps comme on dit… L’essayage n’a pas encore eu lieu, je ne sais donc pas si ce bas de maillot de bain va convenir à ma mère ou s’il va falloir procéder à des ajustements… A suivre…

Voici ma première toile dans un jersey de lycra moche de mon stock. Celle-ci m’a permis de faire quelques modifications sur mon patronage et puis surtout de me mettre en condition pour ce qui est de la partie pure couture…

J’ai ainsi coupé ma 2ème version dans le tissu lycra noir. Ce maillot est cousu avec des finitions faites à la recouvreuse.

J’ai un peu tergiversé pour obtenir une culotte intégralement doublée qui ne laisse pas voir les coutures d’assemblage comme celle du commerce… J’ai utilisé la doublure mousse proposée par 36 Bobines (12,50€/m).

L’entrejambe doublé :

J’ai utilisé de la laminette de 8mm pour renforcer les échancrures et un élastique de 2cm pour la taille.

Astuce pour l’élastique à la taille : je l’ai cousu bord à bord au point zig-zag serré, ça évite ainsi de superposer les deux extrémités de l’élastique et de créer ainsi une surépaisseur… A voir dans le temps si c’est suffisamment solide ou pas…

Je précise que j’ai choisi un élastique tricoté/maille : quand on l’étire, il ne se déforme pas. Pour tout savoir sur les élastiques, je vous invite à lire l’article d’Etoffe Malicieuse que je trouve hyper clair.

J’ai cousu l’élastique à la surjeteuse puis fait l’ourlet à la recouvreuse.
Endroit :

Envers :

Poser de la laminette au niveau des échancrures, ce n’est pas si évident que ça… ça demande une certaine dextérité et de l’entrainement !
Là aussi, j’ai d’abord cousu la laminette à la surjeteuse :

… puis fait l’ourlet à la recouvreuse.

Le fait que mon élastique soit blanc et bien il faut être sacrément précis et minutieux pour éviter qu’il ne se voit… ça m’aura donné quelques suées, je vous le dis !

Forte de cette expérience, je me suis dit que moi aussi j’allais me coudre mon bas de maillot de bain d’après un maillot du commerce qui m’allais bien ! J’avais en effet gardé dans mon armoire un maillot qui aujourd’hui est totalement élimé tellement je l’ai porté et dans l’espoir qu’un jour peut-être j’en ferai la copie conforme… Et ce jour est enfin venu !!! Voici mon maillot cousu main :

Comme mon maillot du commerce était totalement immettable, je ne me suis pas embêtée, je l’ai carrément découpé afin d’obtenir les pièces du patron : j’ai ainsi obtenu un devant et un dos. Je les ai ensuite coupés en leur milieu puisqu’en patronage, on travaille par 1/2 devant et 1/2 dos. Du papier, un crayon et hop un patron réalisé en deux temps trois mouvements !

Et puis je l’ai cousu dans la foulée : un maillot intégralement doublé là aussi. J’ai également utilisé de la laminette pour les échancrures. Idem pour taille.

Voici ce que ça donne sur l’envers :

Et à l’essayage, nickel, j’en suis littéralement ravie, il me va comme un gant ! Voilà deux bas de maillots de bain réalisés pour ma mère et moi. Défi relevé !

Et puis, une chose en entrainant une autre, j’ai eu envie de coudre le joli maillot de bain Atéa de 36 Bobines !

Voici la description : « Le maillot Atéa est conçu pour l’été, pour bronzer au bord de la piscine ou à la plage. Atéa est un maillot de bain « deux pièces » avec un décolleté pigeonnant et bien emboîtant. Ses lanières à nouer lui confèrent un ajustement au millimètre et apportent de l’originalité notamment avec la bande poitrine qui se noue devant. La culotte est mi-haute et assez couvrante pour un maillot de plage. Amusez-vous à varier les nouages ! Les bonnets de poitrine sont doublés et permettent d’insérer des coques. La culotte est doublée devant. »

Les modèles présentés sont tout simplement superbes, regardez celui-ci :

Il s’agit d’un patron PDF que j’ai acheté 8€ et ô bonheur les valeurs de couture sont incluses (0,75 cm) ! Ce PDF est au format A4 avec un système de calques qui permet de n’imprimer que la taille choisie. Perso, je l’ai imprimé intégralement parce que j’avais une différence de taille importante entre le haut et le bas. C’est un détail, mais sachez qu’à l’impression, les légendes de la parementure se superposent. Je vous conseille donc de n’imprimer que la taille qui vous intéresse, c’est d’ailleurs ce que m’avait recommandé Claire de 36 Bobines.

Le niveau indiqué est intermédiaire. Les instructions de montage sont claires et suffisamment illustrées. J’ai particulièrement aimé qu’un support vidéo soit proposé sur la chaîne YouTube de 36 bobines car ça permet de bien visualiser les différentes étapes. Attention toutefois car le lien indiqué dans le livret est erroné, il vous renvoie à une page qui n’a rien à voir avec le maillot de bain…

En terme de tissu, le métrage nécessaire pour coudre ce maillot de bain est « 1m de tissu extensible dans les deux sens avec au moins 50 % d’élasticité en 140 cm de laize ». Le métrage est important du fait des bretelles qui sont en fait de grands liens à nouer. J’ai opté pour ce lycra turquoise acheté chez Craftine (18,90/m) que je trouve de très bonne qualité. Il est même passé en machine alors que ce n’est pas du tout recommandé… Il parait que ça altère les fibres du tissu et qu’il faut donc par conséquent laver les maillots de bain à la main (merci Thread & Needles pour l’info !).

Pour le bas du maillot, j’ai utilisé les chutes du lycra noir utilisé précédemment et j’ai utilisé pour les nouettes les chutes de jersey de mon haut de maillot de bain.

Pour les élastiques, j’ai également acheté la laminette chez Craftine (0,17/m). Au lieu de commander 4m, j’en ai commandé par erreur 40m… Autant vous dire que j’ai de quoi faire pour les décennies à venir ! Sachez qu’il en faut pour ce maillot 3m40 en 6mm de large. Mon élastique faisant 8mm, j’ai tout de même fait avec mais ce n’est pas forcément l’idéal.

Pour la doublure, j’ai opté pour la doublure mousse proposée par 36 Bobines (12,50€/m). C’est une doublure fine qui est adaptée pour les maillots de bain car elle sèche plus vite. Comme je n’en ai pas trouvé sur Paris (il faut dire aussi que ce n’est pas la saison !), je l’ai donc achetée sur le site de 36 Bobines (il en faut 35 cm pour ce maillot mais j’en ai pris plus pour faire les deux autres maillots que je vous ai montrés plus haut) :

Le patron est proposé de la taille 34 à 46. Pour le haut (soutien-gorge) j’ai suivi le tableau des tailles et j’ai donc cousu une taille 36. Le fait de pouvoir ajuster le maillot avec les liens à nouer est tout simplement bien pensé et donc parfait !

En revanche, le rendu du maillot de bain sur moi est toutefois différent que sur les photos présentées sur le site, vu que j’ai une petite poitrine… A mon avis, ce patron n’est pas le plus adapté pour celles qui ont peu de poitrine car ce maillot a tendance à aplatir/écraser la poitrine plutôt qu’à la mettre en valeur. La forme des bonnets est en effet plate, sans volume et plutôt enveloppante. Il n’y a d’ailleurs ni pinces poitrine ni fronces sur le patronage. Le résultat sur des petites poitrines (en tout cas sur moi) n’est donc pas des plus flatteurs.

BREF… Pour y remédier, j’ai ajouté des sortes de coussinets récupérés d’un vieux maillot de bain. Sachez que le patron prévoit un emplacement. Je trouve d’ailleurs le montage de la doublure plutôt bien pensé : il y a en effet une ouverture dans la doublure qui permet d’y loger des coques.

MAIS le résultat était hélas quasi identique… Du coup, j’ai pris des coques plus rigides pour maillot de bain qui donnent du galbe à la poitrine car la forme est arrondie et donc en volume. Je les ai achetées chez Fil 2000 il y a un moment mais on les trouve aussi ailleurs. Le résultat est bien plus joli ! Je précise que dans toutes les photos que vous voyez ici, je porte le maillot de bain avec les coques.

En haut, les coussinets, en bas les coques :

Pour le bas, j’ai choisi de coudre la taille 42 et c’est presque parfait ! Désolée, je ne vous montrerai pas la culotte portée mais pour tout vous dire, j’aurais aimé que le devant soit un peu plus échancré et que le dos soit un peu plus couvrant…

Pour la partie réalisation, j’ai utilisé mes trois machines : machine à coudre, surjeteuse et recouvreuse. Sachez toutefois que ce maillot de bain peut tout à fait se coudre à la machine à coudre. Les instructions de montage sont d’ailleurs prévues en ce sens.

Pour la réalisation de la culotte, le patron ne prévoit de doubler que le devant mais j’ai préféré doubler intégralement la culotte.

Le livret indique les dimensions des élastiques (laminette) à couper, ce que j’ai énormément apprécié. On ne se pose ainsi aucune question, c’est génial ! J’ai fixé les miens à la surjeteuse puis j’ai cousu l’ourlet à la recouvreuse.

De plus près :

J’aime beaucoup le détail des nouettes car elles permettent là encore d’ajuster la culotte, ce que je trouve bien pensé.

Pour l’emplacement des tunnels qui viendront accueillir les nouettes, je les ai également finis à la recouvreuse.

Sur l’endroit :

Sur l’envers :

Parlons à présent de la partie soutien-gorge. J’ai particulièrement apprécié que le soutien-gorge soit intégralement doublé. L’assemblage est sacrément bien pensé et astucieux. Les finitions proposées sont des plus soignées, bref je suis conquise !

Il es même prévu des parementures :

Le soutien-gorge est de forme cache-coeur :

Avec cet imprimé, on ne voit pas très bien…

Les liens viennent se nouer à la nuque et sous la poitrine, ce qui permet d’ajuster au mieux le maillot sur soi :

En ce qui concerne les liens à nouer sous la poitrine (bandes côté, pièce 4), petite erreur sur les schémas du livret : les pointes sont à l’envers :

Les pièces patron sont correctes, il faut donc bien se fier au cran indiqué.

L’étape un peu subtile est le moment où il faut assembler la bande intérieure à la doublure mousse et à la bande sous-poitrine. Il faut en effet faire un repli de 0,75 au niveau de la bande sous poitrine avant de l’assembler à la bande côté. Voici des photos qui vous aideront peut-être à mieux comprendre :

Les élastiques (les dimensions sont là aussi indiquées) sont cousus sur les marges de couture, pris en sandwich entre le tissu extérieur et la doublure, ce qui les rend par la suite invisibles.

Voici l’élastique placé sur la partie interne du bonnet :

Ci-dessous, on voit l’élastique placé sur la partie externe des bonnets ainsi que sur le bas de la bande sous poitrine :

J’ai trouvé ça drôlement bien pensé ! Une fois que tout est fixé, il faut tout retourné sur l’endroit grâce à l’ouverture laissé au centre du soutien-gorge.

Une fois retourné, on presse bien tout au fer puis on fait une surpiqûre au point zig-zag large au niveau des élastiques.

La partie la plus délicate à coudre reste la finition de l’ouverture laissée au centre du soutien-gorge. Il faut bien prendre toutes les épaisseurs ensemble avant d’effectuer la surpiqûre finale. Il est conseillé de bâtir à la main, ce que j’ai fait. J’ai également utilisé du ruban double-face, ce qui m’a grandement aidé !

Voilà pour ce maillot de bain Atéa ! Je salue le travail effectué par Claire, alias 36 Bobines car grâce à ce patron, ça me réconcilie grandement avec la couture des maillots de bain !