Ca faisait un moment que je n’avais pas cousu du Lekala, l’une de mes marques fétiches !

Il s’agit du modèle n°5436, une tunique à encolure tunisienne avec découpe sous poitrine et manches longues évasées resserrées aux biceps par des coulisses élastiquées. La tunique se ferme au dos par un zip invisible.

Comme vous le savez, ce sont des patrons ajustés à nos mesures personnelles. Pour en savoir plus sur ce concept, je vous laisse lire cet article.

Le point négatif ce sont les explications (en anglais) car elles sont des plus succinctes. Il faut donc avoir l’habitude de coudre et savoir comment s’assemble chaque pièce du patron…

J’ai cousu de coudre cette blouse dans une gabardine 100% viscose que j’ai achetée chez Tissus de rêve au prix dérisoire de 2,57€/m . C’est un tissu que j’ai acheté en ligne et que j’ai récupéré la boutique physique qui est située dans le sentier (pas loin de chez Fil 2000, toto tissus et Mireille Boutonnière). Quand j’ai ouvert le paquet, petite déception car au touché et au tombé, ce tissu s’apparente plutôt à une sorte de coton/lin mélangé… Donc pas du tout fin, souple, fluide… et autre inconvénient : il se froisse quand-même un peu… Bon après, vu le prix, je ne vais pas me plaindre !

L’encolure tunisienne donne tout son charme à cette tunique, j’aime beaucoup ! Ca me fait d’ailleurs pensé à la tunique Fringe de Chalk & Notch.

Pour ce modèle, je dirais que le niveau est intermédiaire car il faut savoir coudre un zip invisible et des coulisses élastiquées. Le patron prévoit la pose de biais au niveau de l’encolure, ce qui crée une difficulté supplémentaire. Perso, j’ai préféré ajouter des parementures devant et dos pour l’encolure.

Pour ce faire, j’ai tout d’abord ajouter les valeurs de couture au niveau de l’encolure devant et dos puis j’ai pris l’empreinte de l’encolure tunisienne et celle du dos sur une largeur de 6 cm, valeurs de couture comprises.

Ces parementures sont bien plus simples à poser qu’avec du biais à cheval. Perso, cette dernière est une technique que je n’aime vraiment pas… Donc place aux parementures ! Ici, plutôt que de laisser le surjet apparent, j’ai préféré faire un mini rentré sur tout le bord extérieur de la parementure :

Pour que la parementure reste bien en place, j’ai fait une sous-piqûre :

Je me suis arrêtée quelques cm avant la pointe car c’est difficile d’y accéder :

Au dos, il y a des pinces d’épaule, qui à mon sens n’apporte pas grand chose mais bon, elles sont là :

Sur l’envers :

Comme vous l’avez vu, il y a une découpe sous poitrine (avec pinces de taille), donc au dessus de la ligne naturelle de la taille.

A l’essayage, j’ai trouvé que la blouse n’était pas assez cintrée. Je peux d’ailleurs l’enfiler sans toucher au zip, c’est donc qu’il y a de l’aisance !

J’ai donc préféré ajouter un lien à nouer :

Ils sont finis par des embouts que j’ai achetés à la boutonnerie Saint-Denis (0,50€ la pièce) :

Pour maintenir ce lien en place, j’ai ajouté des passants au niveau de la couture latérale :

Clairement, je vais devoir en ajouter d’autres sinon le lien ne se place pas bien, le nœud tombe au milieu devant et ce n’est pas très esthétique :

Comme mentionné plus haut, la blouse se ferme au dos par un zip invisible :

Voici ce que ça donne sur l’envers :

Ce qui m’a plu dans cette blouse, outre l’encolure tunisienne, ce sont les manches longues évasées et élastiquées au niveau des biceps, ce qui donne un style bohème romantique que j’aime bien.

Alors c’est sûr sur le bas des manches évasées, ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique au quotidien mais tant pis !

Pour les élastiques des manches, les explications étant plus que nébuleuses, j’ai préféré faire à ma manière en cousant des coulisses élastiquées. J’ai utilisé la même méthode que pour ma blouse Burda :

J’ai donc cousu un biais sur les lignes indiquées sur la pièce patron. Pour marquer ces lignes sur l’envers des manches, j’ai utilisé roulette et papier carbone :

J’ai ensuite créer les coulisses. Pour ce faire j’ai pris ce que j’avais dans mon stock, à savoir du biais en voile (un peu trop fin pour ce projet mais tant pis…). J’ai ensuite surpiqué les deux bords du biais.

Une fois les coulisses piquées, il convient d’insérer des élastiques. Là aussi, j’ai pris ce que j’avais dans mon stock : des élastiques blancs et ce n’est pas très esthétique j’en conviens mais bon… c’est sur l’intérieur, ça ne se verra donc pas sur l’endroit… La dimension des élastiques n’est pas indiquée dans le patron, ce qui est fort agaçant… J’ai donc tâtonner un peu… Pour la 1ère coulisse, j’ai coupé un élastique de 25 cm et pour la seconde, un élastique de 23 cm.

J’ai ensuite piqué les extrémités des élastiques dans la marge de couture, puis recoupé l’excédent avant de refermer la manche.


Sur l’endroit de la manche, on ne voit que deux lignes de surpiqûre :

Pour le bas des manches, j’ai cousu en guise d’ourlet un double rentré :

Idem pour le bas de la blouse :

Voilà pour cette blouse/tunique !