J’ai tellement apprécié mon expérience lors de la réalisation des deux tuniques Fringe de Chalk and Notch, que j’ai souhaité poursuivre avec une autre patron de cette marque : la veste Joy.

La Joy Jacket est une veste décontractée entièrement doublée à manches raglans, fermée au devant par un zip, avec deux variations de poches plaquées. La vue A propose un col large montant, la vue B une capuche. En option on peut ajouter des liens au niveau de l’ourlet et du col/capuche.

Il s’agit d’un patron PDF que j’ai acheté au prix de $14 soit 12€37, ce que je trouve un peu cher pour un PDF mais je ne regrette pas du tout mon achat ! J’ai par ailleurs souhaité faire une impression au format A0 car je n’avais pas du tout envie de scotcher 70 pages… Cela m’a coûté 10€22 frais de port inclus et ça correspond à trois pages A0. Normalement il y a 4 planches mais la 4ème page ne concernait pas grand chose : il n’y avait que la capuche (et un grand espace vide). J’ai donc décidé d’imprimer la capuche à part au format A4. Au total mon patron m’aura coûté 22€59 mais si c’était à refaire, je le referai !

Pour l’impression au format A0, je connaissais Tirage de plan (mais il faut plusieurs planches pour que le prix soit intéressant), Copy Sew (mais ce service n’existe plus chez Urban Fairy)… Donc j’ai cherché un peu et je suis tombée sur la discussion Thread & Needles qui parlait de Impression Plan. Je suis donc passée par ce site pour l’impression de mon patron et j’en suis hyper contente, l’envoi a été rapide et l’impression nickel !

Les planches patron sont claires, les pièces ne se superposent pas, c’est vraiment un régal. En plus, les valeurs de couture sont incluses dans le patron (1 cm sauf exceptions). Autre bon point, il y a un tableau des mesures finies du vêtement, ce qui aide grandement à choisir sa taille. Le patron est proposé de la taille 0 à 18. J’ai opté pour coudre intégralement la taille 4 puisque mon bassin y passait !

Question tissus, ce patron est prévu pour être cousu dans un tissu chaine et trame de poids moyen ayant un joli drapé comme le tencel, le lin… Je n’ai pas écouté ces recommandations car je tenais absolument à avoir une veste de pluie plutôt chaude. J’ai donc opté pour du softshell qui est « un tissu double face avec un envers en polaire et un endroit en softshell hydrofuge, coupe-vent et résistant aux salissures ». Je l’ai acheté chez Rascol et mon coupon de 2 mètres m’a coûté 28€89 avec les frais de port. Je suis hyper contente de cet achat car il répondait tout à fait à mes critères.

Le tissu est déperlant, il me protègera donc bien de la pluie, j’ai fait le test !

En revanche, ce tissu n’a pas été simple à coudre, c’est pour cette raison qu’il n’y a aucune surpiqûres. J’ai en effet eu une difficulté monstre à coudre les poches plaquées :
> Je n’ai pas pu doubler la poche : trop d’épaisseurs.
> Le tissu est difficile à presser au fer, donc j’ai fait au mieux pour les ourlets de ma poche.
> J’ai été obligée d’utiliser une aiguille cuir de taille 120 pour surpiquer mes poches en place. Pour les coutures d’assemblage du corps de la veste, en revanche pas de soucis, j’ai utilisé des aiguilles standards de taille 90.

Il y a deux options de poches plaquées. J’ai préféré faire la version que vous voyez ici, les poches avec ouverture inclinée.

Pour consolider les entrées de poches, j’ai fixé un rivet (Prym) :

Comme je voulais une veste chaude, j’ai doublé l’intérieur avec du tissu minkee tout doux. Les manches, en revanche sont doublées en tissu de doublure classique, histoire d’enfiler la veste sans difficultés. Les explications pour coudre la doublure sont claires, pas de soucis et tout tombe nickel. On vient en fait assembler la veste et sa capuche cousue dans le tissu extérieur avec la veste et sa capuche cousue dans la doublure. Du coup c’est tout simple à assembler !

Voici le pli d’aisance au milieu dos :

Le pli d’aisance dans le bas de la veste : une vidéo explique comment gérer ce pli d’aisance avec la parementure, ce qui aide grandement à la compréhension.

Côté explications, le livret technique est clair et suffisamment illustré. Le niveau annoncé est intermédiaire et je le confirme ! Ce patron est vraiment beaucoup plus simple à coudre que le Kelly anorak de Closet Case Files.

J’ai également suivi les explications données sur leur site car il y a un sew-along en 9 étapes : très complet et richement illustré de photos, je vous le recommande ! Bref, cette veste, ce n’est que du bonheur à coudre !

Comme dit plus haut, la difficulté pour moi a été de coudre ce tissu softshell, c’est pour cette raison qu’il n’y aucune surpiqûres. J’ai essayé mais c’était vraiment très moche. J’ai donc préféré ne pas avoir de surpiqures du tout (sauf pour les poches). C’était surtout embêtant pour les liens à nouer. Pour palier ce fait, j’ai, à la place des surpiqûres, glacé tout le bas du manteau, le bas des manches et tout le contour de la capuche. Ce n’est donc pas très sécurisé, on verra bien dans le temps ce que ça donne…

La capuche, incontournable pour un vêtement de pluie. Elle est faite en trois parties et se coud tout simplement.

J’ai trouvé le patronage bien conçu car il y a des parementures intérieures qui viennent faire le tour de la capuche. C’est une jolie finition.

J’aime beaucoup le détail de ces liens qui passent par des œillets. Pour info, j’ai raccourci la longueur des liens car je ne compte pas les nouer.

J’ai acheté la cordelette et les œillets (Prym) chez Fil 2000. On peut, si on le souhaite opter pour des liens cousus dans le tissu principal (les pièces du patron sont prévues dans le PDF).

La veste se ferme au milieu devant par un Zip qui vient lui aussi de Fil 2000.

Les manches de cette veste sont raglans. Etrangement je les ai trouvées très étroites ! C’est pour moi le seul bémol de ce patron. Il faut dire aussi que mon tissu est épais ! Heureusement les valeurs de coutures de la couture d’assemblage supérieure des manches sont de 2 cm (justement pour palier ce genre de désagrément), j’ai donc pu réduire les marges au minimum sur une bonne partie de la manche.

J’ai ajouté ma petite étiquette, histoire de personnaliser cette veste.

Il y a en option l’ajout d’un lien pour suspendre la veste, ce que j’ai fait sauf que j’ai préféré utiliser un ruban de sergé. Pour le maintenir bien en place et pour éviter que la capuche ne vienne se désolidariser du reste, on vient coudre dans le sillon de toutes les épaisseurs. Chose que j’ai encore une fois préféré faire à la main du fait de l’épaisseur de mon tissu. Du coup, je ne suis pas sûre ça tienne dans la durée, on verra bien…

Voilà pour cette veste ! Je suis vraiment ravie de l’avoir cousue. Je me ferai, c’est certain, un veste Joy de printemps !