Celle qui a acheté puis cousu le patron de la jupe 1001 perles d’Ivanne Soufflet après tout le monde, c’est moi !

J’ai à vrai dire hésité très longtemps avant d’acheter ce patron. La taille élastiquée, ce n’est pas trop mon style car peu flatteur sur ma morphologie. D’une manière générale je n’aime en effet pas les fronces à la taille et l’ampleur que cela donne. J’ai tout de même fini par l’acheter pour trois raisons : 1/ Je suis très admirative du travail d’Ivanne Soufflet, je savais donc qu’acheter ce patron, c’était gage de qualité avec un modèle bien coupé et des explications au top 2/ La partie technique de la ceinture élastiquée m’intriguait et comme j’adore apprendre et bien je voulais connaitre la technique ! 3/ Pour fêter les 10 ans de son aventure, Ivanne Soufflet a proposé une réduction de 10% sur tous ses patrons, j’en ai donc profité !

Voici la description du patron que j’ai reprise du site :
Pack de jupes courtes polymorphes, taille basse, coupe légèrement évasée, dos élastiqué smocké, large ceinture devant. 2 options de poches : avec ou sans poches italiennes.

4 versions principales  :
> Version A, devant simple et épuré
> Version B, devant boutonné
> Version C, devant “solaire”( jeu de plis radiants asymétriques)
> Version D, devant “tulipe”(jeu de plis divergents).

– Format PDF A4 et A0
– Petit bémol pour moi : les valeurs de couture ne sont pas comprises !
Petit plus : le montage de la jupe en VIDÉO !
– Prix : 9€50

BONUS OFFERT : volant péplum pour la Version A.

D’autres déclinaisons sont proposées sur le site internet :
> Jupe longue
> Jupe froncée
> Jupe doublée
> Jupe froncée pour femme enceinte
> Jupe ajustable pour femme enceinte

J’ai opté pour la version A sans les poches, soit la version la plus simple et donc la plus épurée.

Plusieurs finitions sont proposées mais là aussi, j’ai préféré faire au plus simple en ne faisant que des coutures d’assemblage simples surjetées.

L’un des points forts de ce patron c’est qu’il s’agit d’une jupe tout confort et sans pose de zip ! Ce qui est fort pratique, j’en conviens. Cette jupe est semble-t-il adaptée à la plupart des morphologies, j’en doute un peu pour les morphologies en A car il y a bien, quoi qu’on en dise un côté gonflant au dos et plat au devant même avec un tissu fin et souple comme viscose que j’ai choisie ici.

Personnellement, je préfère les jupes avec empiècement plat au dos et au devant. les fronces sont en effet pour moi peu flatteuses…

De face, je trouve la jupe très jolie.

De profil j’aime moins.

Parlons à présent tailles : le patron est proposé de la taille 32 à 54. Comme d’habitude, on dispose d’un tableau avec les dimensions du vêtement fini, ce qui est fort appréciable car il m’a bien aidé pour choisir ma taille. J’étais en effet sur plusieurs tailles (36 pour la taille, 40 pour le bassin). J’ai donc fait un compromis en cousant intégralement la taille 38.

Info cruciale : comme il n’y a pas d’ouverture zippée, la créatrice conseille de vérifier qu’on peut bien enfiler la jupe. Pour ce faire il faut absolument regarder la ligne « diamètre maxi à la ceinture, élastique tiré au max ». Pour moi c’était juste mais en me tortillant en peu, ça passe !

Parlons à présent des explications. Comme vous vous en doutez, elles sont détaillées et bien illustrées. Il y a 9 fichiers à télécharger : 1/ Mode d’emploi 2/ Photos de couverture 3/ Instructions de montage COMPLÈTES ou RÉSUMÉES (livret pédagogique détaillé avec de nombreux schémas techniques légendés et en couleur) 4-5-6/ Planches A4 et A0 (patron avec notice d’assemblage) 7/ BONUS (offerts) 8/Fiche mensurations 9/ Page d’impression TEST

La bonne nouvelle, c’est que la créatrice propose Le montage de la jupe en VIDÉO ! (version D : jupe tulipe)

Le niveau annoncé est de « débutant curieux et motivé » à « intermédiaire minutieux ». Tout dépend en fait de la version et des finitions que vous aurez choisies.

Pour ma part, j’ai voulu « tester » ce patron en me cousant la version la plus simple avec les finitions les plus simples, histoire de vérifier le fit du modèle, la taille choisie, les techniques proposées…
La seule modification que j’ai faite au patron c’est d’allonger la jupe de 15 cm car je la trouvais vraiment trop courte pour moi (elle arrive normalement à 15 cm au-dessus du genou) :

Ce n’est pas forcément une bonne idée d’avoir allongé ma jupe car ça entrave du coup mes mouvements, la coupe de cette jupe n’étant que légèrement évasée, il n’y a du coup que peu d’aisance… Bon ça passe mais je ne peux pas faire de grandes enjambées !

Question tissu, il est conseillé un tissu chaîne & trame (ou un jersey ayant de la tenue) comme de la popeline, du denim, du jersey molleton… Pour celles qui souhaitent utiliser du tissu plus fin comme la batiste de coton ou la viscose, il est conseillé de doubler la jupe et c’est donc ce que j’ai fait pour casser la transparence de ma viscose.

J’ai en effet décidé de coudre ma jupe dans les chutes de la viscose que j’avais utilisée pour me coudre la Charlie caftan de Closet case Patterns.

En ce qui concerne la doublure, j’ai opté pour une autre de mes chutes : de la batiste de coton de couleur blanche. La technique pour coudre une doublure à la jupe ne fait pas partie des fichiers que l’on reçoit, il faut aller télécharger le document sur le site internet > tutoriel ici.

Je n’ai pas suivi les explications qu’Ivanne Soufflet propose pour coudre la doublure à la jupe. J’ai en effet trouvé que la technique d’assemblage proposée était plus compliquée et demandait plus de temps et de précision. J’ai donc préféré faire comme j’en avais l’habitude, méthode qui me semble beaucoup plus simple : j’ai cousu le devant et le dos de la jupe par les coutures latérales : tissu extérieur et tissu doublure à l’identique. J’ai ensuite inséré la doublure dans la jupe envers contre envers et fixé les deux jupes au niveau de l’ouverture du haut par un point de bâti machine. La jupe est ensuite considérée comme formant par la suite qu’une seule jupe. Et voilà !

J’ai fait plusieurs essayages…

Avec un t-shirt rentré dans la jupe :

Avec ceinture :

Avec un débardeur porté par dessus la jupe :

Venons au point technique qui fait toute l’identité de ce patron : le dos élastiqué smocké. Sur l’endroit :

Sur l’envers :

Il s’agit ici d’une ceinture en forme qui épouse donc bien les courbes du corps. La créatrice ne conseille d’entoiler qu’une seule partie de la ceinture : la ceinture devant intérieure (doublure) ce que j’ai fait mais je le regrette un peu. Du fait de mon tissu fin (viscose), j’aurais en effet préféré entoiler aussi la partie extérieure devant de la ceinture pour davantage de tenue.

Comme conseillé dans le cahier technique, j’ai sous-piqué la ceinture pour que celle-ci reste bien en place, à l’intérieur :

Pour cette ceinture élastiquée smockée, plusieurs dimensions d’élastiques sont proposées : de 1 à 4 élastiques.

J’ai opté pour la pose de 4 élastiques (donc 4 coulisses) pour que les fronces soient les plus fines et les mieux réparties possibles au dos. J’ai choisi un élastique tissé, plat et souple d’1 cm qui ne se déforment pas quand on l’étire.

Ci-dessous : l’élastique blanc tissé ne se déforme pas (utilisé ici pour ma jupe) et l’élastique noir standard (qu’on trouve partout) qui est tressé/côtelé, plat, dur et qui rétrécie en largeur quand on l’étire : élastique que j’évite d’utiliser au maximum…

La ceinture est fixée sur l’intérieur de la jupe en plusieurs étapes et ça m’a un peu étonnée : on fixe la ceinture sur une partie du dos à la machine et une partie du devant à la main en veillant à laisser 15 cm de part et d’autre de la couture latérale de la jupe.

Ce que j’ai fait sans trop de conviction. Pour ma part, j’aurais préféré coudre toute la partie dos de la ceinture à la machine et laisser libre toute la partie devant :
1/ ça ne gêne en rien le passage du ou des élastiques.
2/ une fois l’élastique posé, il est alors plus difficile de faire une piqûre bien droite et précise pour fixer la ceinture à la jupe.
3/ ça éviterait ainsi d’avoir au dos des reprises de couture pas forcément esthétiques.

D’ailleurs, quand on regarde bien la vidéo d’Ivanne Soufflet, on voit bien que la ceinture est piquée au dos jusqu’à la couture du côté (la piqûre ne s’arrête donc pas à 15 cm de la couture du côté comme conseillée dans le livret) :

Vue sur l’envers :

Voici ce que ça donne en tirant un peu sur les élastiques, on voit mieux les coulisses surpiquées :

Pour moi il y a trois points un peu flou (ce sont des détails j’en conviens) :
1/ Il n’est pas indiqué les lignes de surpiqûre des coulisses, à nous de déterminer l’emplacement de ces lignes en fonction de l’élastique que l’on a choisi.
2/ Il n’est pas indiqué de combien de cm il convient de faire dépasser l’élastique au niveau de la couture latérale. On nous dit juste de positionner chaque extrémité d’élastique au niveau des valeurs de couture du côté. En ce qui me concerne j’ai décidé de laisser dépasser l’extrémité de 0,5 cm.

Les élastiques sont ensuite piqués dans le sillon de la couture latérale de la ceinture mais vu qu’il s’agit d’un point triple ou de plusieurs piqûres machine, ça se voit et c’est un peu grossier dans mon cas :

3/ J’aurais apprécié des explications sur le point invisible qu’il convient de faire à la main sur toute la ceinture devant car ce n’est clairement pas mon point fort et ce n’est à mon avis pas non plus celui des débutants. Dans les explications, il est dit de procéder à cette fixation à l’aide de petits points glissés et discrets à la main sur le devant et ceci :

Je précise toutefois qu’on voit un peu le point invisible dans la vidéo qu’elle a faite mais ça va trop vite pour qu’on comprenne réellement la technique.

Mes points glissés pas du tout invisibles :

Les explications conseillent de procéder à un essayage de la jupe pour ajuster au mieux les dimensions de l’élastique. Pour moi les dimensions de l’élastique pour la taille 38 me convenaient tout à fait, je ne les ai donc pas modifiées.

En ce qui concerne l’ourlet de la jupe (tissu extérieur et doublure), j’ai opté pour un ourlet de 2 cm au lieux des 3 cm conseillés : j’ai fait un premier repli de 0,7 cm puis un second de 2 cm.

Voilà pour cette jupe, qui n’est certes pas ma préférée mais que j’ai eu plaisir à porter durant mes dernières vacances.