Voici ma version de la robe Anza dont j’aime beaucoup le résultat final !

IMG_0556

IMG_0581IMG_0583IMG_0536

Itch to stitch est une marque de patrons américaine dont j’apprécie les modèles proposés sans pour autant passer le pas. Je trouve les tarifs en effet un peu trop élevés pour moi mais ça ça reste un avis tout à fait personnel. Il se trouve qu’en août dernier, elle proposait le patron Anza à 7$ au lieu de 12$ alors je n’ai pas hésité, je me le suis acheté !

Je n’ai à ce jour cousu qu’un seul patron de cette marque : la cape Code capelet que j’ai bien aimée coudre et porter. C’est simple et efficace, tout ce qu’on aime !

Anza est un patron qui propose deux variations : combinaison pantalon ou robe. Perso, je n’aime pas du tout les combinaisons, je trouve ça ni pratique, ni confortable, ni esthétique. Je sais bien que c’est hyper dans la tendance du moment mais que voulez-vous, c’est comme ça, je suis à contre-courant… La Sirocco de Deer and Doe a par exemple déchaîné les foules mais moi, elle m’a toujours laissée perplexe.

Bref, revenons à Anza… C’est donc un modèle décontracté qui propose une jolie encolure en V fermée par une patte de boutonnage. Les manches à même sont tombantes et finies par un bracelet de manche. Des poches plaquées à rabat sont prévues sur la partie corsage, des poches italiennes sur la partie jupe/pantalon. La combinaison/Robe est resserrée à la taille par une coulisse élastiquée et un lien à nouer. La robe est de longueur genoux. la combinaison est de longueur cheville finie par une coulisse élastiquée.

Voici le schéma technique :

Ma version :

Il s’agit exclusivement d’un patron au format PDF (format A4 et A0). Pour info, il y a 31 pages à imprimer au format A4 si vous ne cousez comme moi que la robe. La planche est pourvue d’un système de calques qui nous permet de n’imprimer que la taille choisie. Les valeurs de couture sont incluses, mais attention, elles sont de 1,25 cm ce qui est fort peu commun !

Autre point important : les instructions de montage sont en anglais. Ceci dit, comme le niveau annoncé est intermédiaire, vous ne devriez pas avoir trop de difficultés si vous avez déjà cousu ce genre de projet. Les instructions sont claires et suffisamment illustrées. Il y a juste une difficulté qui m’a posé question mais je vous en reparlerai plus bas.

Comme vous pouvez le voir, je n’ai pas cousu les poches italiennes. D’une manière générale, je n’aime pas trop ce genre de détails car ça vient je trouve alourdir la silhouette en donnant de l’épaisseur là où on ne veut pas qu’il y en ait. Pour ce faire, j’ai tout simplement superposé la pièce poche sur le haut de la jupe comme je vous le montre ci-dessous :

IMG_20221023_121811IMG_20221023_121821

Sur l’envers, voici ce que ça donne :

IMG_20221023_121857

Le patron est disponible de la taille 00 à 20 et plusieurs profondeurs de bonnets sont proposés : A, B, C, D and DD. J’ai regardé les deux tableaux ci-dessous et j’ai décidé de coudre intégralement la taille 2 (bonnet B) : le bon compromis entre poitrine et bassin.

Tableau des tailles :

4

Mesures du vêtement fini :

3

J’aime beaucoup l’allure de cette petite robe que je trouve à la fois sobre et élégante. Je la porte ici avec un sous-pull col roulé, des collants et des bottes. La longueur de la jupe est comme j’aime, bref… c’est le look parfait d’une secrétaire (ça tombe bien, c’est ce que je fais dans la vraie vie !).

Voici le devant :

IMG_9779IMG_0676

Le dos :

IMG_9813

IMG_0638

Le décolleté en V est juste comme il faut et la patte de boutonnage & les poches plaquées apportent du style à cette robe.

IMG_0705

J’ai mis ici des boutons pressions noirs de la marque Prym plutôt que des boutons classiques avec boutonnières.

IMG_0688IMG_9780IMG_0658

Les poches plaquées sont de vraies poches et je trouve qu’elles habillent bien le corsage.

Le bas de la robe est joliment arrondi, c’est un détail qui donne du charme à cette jupe. Par contre, la jupe étant plutôt longue et droite et bien ça manque un peu d’aisance quand on marche…

IMG_0595IMG_9803

La robe est cintrée à la taille grâce à des liens qu’on vient nouer au devant. C’est là encore un détail qui me satisfait grandement.

IMG_0616

Pour finir les extrémités du cordon, j’ai ajouté ces deux petites breloques en métal.

IMG_9787IMG_0690IMG_9788

Les manches à même et tombantes sont finies par des bracelets de manche.

Revenons à présent à la réalisation de cette robe, moment de couture que j’ai particulièrement apprécié. Je n’ai en revanche pas tout à fait suivi la gamme de montage et certains points m’ont posé question.

Les instructions de montage nous indique d’assembler le devant et le dos du corsage par la couture des épaules puis de faire la finition de l’encolure (parementure) et ensuite seulement de coudre les poches positionnées au niveau de la poitrine. Perso, j’ai préféré faire l’inverse, à savoir d’abord coudre les poches sur le devant avant d’assembler le corsage. On a ainsi plus de facilité pour les positionner/coudre sur le corsage.

Le montage des poches est bien pensé. Comme elles sont doublées, ça permet d’obtenir de jolis arrondis. Par contre attention, prévoyez un tissu fin pour éviter les sur-épaisseurs ! Perso, j’ai doublé avec le même tissu mais si c’était à refaire, j’opterai plutôt pour une doublure bien plus fine.

Voici ce que donne côté endroit :

IMG_20221022_153841

Côté envers :

IMG_20221022_153850

Une petite ouverture permet de retourner le tout sur l’endroit :

IMG_20221022_153905

Pour gérer les surpiqûres, j’ai utilisé une petite cale (ici un morceau de cuir) qui m’a ainsi permis de coudre les épaisseurs sans trop de difficultés. Le pied de biche reste ainsi bien à plat. Il est suggéré de faire des points de renforts aux extrémités des poches, ce que je n’ai pas fait.

IMG_20221022_160457

J’utilise ici le pied presseur pour zip car il me permet de mieux gérer les surpiqûres (l’aiguille est décalée sur la droite, ce qui me permet de faire une piqûre nervure).

IMG_20221022_160510

Voici le résultat final :

Sur l’envers, voici ce que ça donne :

Passons ensuite aux parementures… Voici ce que ça donne à plat :

IMG_20221022_162301

Comme vous pouvez le voir, les parementures sont entoilées.

IMG_20221022_162317

Perso, je n’hésite pas à marquer les angles, ça permet ainsi d’être plus précise :

IMG_20221022_162519IMG_20221022_162647

J’ai dégarni les marges de couture, ce qui permet de désépaissir un peu :

IMG_20221022_163046

On nous demande sous-piquer la parementure, ce que j’ai fait.

Sur l’endroit :

On nous demande ensuite de surpiquer la parementure mais sans vraiment préciser à quelle distance… Pour info, j’ai cousu à 1 cm du bord de mon surjet côté parementure. Il faut faire attention car la surpiqûre est très proche des poches, c’est certainement pour cette raison que la créatrice préfère coudre d’abord la parementure puis ensuite les poches.

IMG_9790

IMG_9841

Côté envers :

IMG_9819IMG_9820IMG_9823

L’encolure dos :

IMG_9791

D’autres photos côté envers :

Comme vous pouvez le constater, les coutures sont ouvertes et les bords simplement surfilés.

Autre point, on nous demande de surfiler les bords côtés et emmanchures une fois la couture des côtés effectuée. Perso, j’ai préféré d’abord tout surfilé et ensuite seulement j’ai assemblé les côtés, question de préférence mais surtout de facilité !

Au passage, remarquez sur la photo ci-dessous qu’il n’y a pas de démarcation pour l’emmanchure : c’est une ligne droite ! Ce qui va forcément compliquer la suite…

IMG_20221022_165046

Alors voilà nous y sommes : le point le plus délicat est l’assemblage des bracelets de manche sur une emmanchure qui n’en est pas vraiment une… C’est une étape qui demande dextérité, minutie et précision ! Les explications et les schémas sont à mon sens un peu justes, un tuto aurait été grandement apprécié car ces schémas ne sont pas des plus explicites…

6

Voici dans la réalité ce qu’on obtient :

IMG_20221022_172121IMG_20221022_172252IMG_20221022_172426

Il faut en fait coudre au millimètre près, opération hyper délicate…

IMG_20221022_172958

Malgré le soin apporté à cet assemblage quelque peu curieux, j’ai le problème suivant : des plis disgracieux se forment au niveau du dessous de bras : ça tire sur les coutures !

IMG_20221023_171608

Sur l’envers, voici ce que ça donne :

IMG_20221023_171823

Pour pallier ce problème, j’ai été obligée de cranter au niveau des valeurs de couture, ce qui la fragilise mais je ne voyais de toute façon pas d’autres alternatives…

IMG_20221023_172000

Je vous conseille ensuite de bien presser le tout au fer. Résultat des courses : ce n’est pas encore tout à fait ça mais c’est nettement mieux…

IMG_20221023_172122

En tout cas, je ne suis pas du tout emballée par cet assemblage, il aurait été à mon sens préférable de revoir le patronage pour que le bracelet puisse correctement se positionner sur l’emmanchure…

Pour info, je n’ai pas surpiqué le bracelet de manche, j’ai en effet préféré le finir sur l’intérieur à la main.

IMG_9797IMG_9796

Côté envers :

IMG_9824

Ensuite, en ce qui concerne les ourlets du bas de la robe, je n’ai pas suivi les recommandations du livret technique, à savoir réaliser séparément un double rentré de 0,6 cm sur la jupe devant puis sur la jupe dos. Perso, j’ai préféré faire un ourlet d’un seul tenant sur tout le bas de la jupe. Pour ce faire, j’ai tout d’abord surfilé les bords, puis j’ai assemblé les côtés de la jupe (coutures ouvertes) et ensuite seulement, j’ai pressé au fer un ourlet de 1 cm (pas de double rentré donc).

IMG_9804IMG_9799IMG_9801

Revenons à présent à la coulisse élastiquée…

Je vous conseille de bien marquer vos marges de couture et le repère des boutonnières sur cette bande car la coulisse une fois finie est très étroite ! Moi j’ai tout cousu à 1 cm et les boutonnières se retrouvent très près du bord… Attention donc ! Faites un essai avant pour être sûre que votre boutonnière est bien positionnée.

Une fois la coulisse cousue, voici ce que ça donne :

IMG_20221023_125538

Comme vous pouvez le voir, ma boutonnière n’est pas bien centrée…

Une fois la coulisse correctement cousue, on vient la surpiquer en place en veillant à laisser un espace pour pouvoir insérer un élastique. Perso, je n’ai pas bien compris pourquoi on ne passait pas directement l’élastique par les boutonnières… J’ai pourtant utilisé un élastique de 0,6 cm de large comme recommandé et ça passe très bien…

Côté dos :

Autres détails :

1/ J’ai pressé au fer les marges de couture de la taille vers le bas et non vers le corsage comme indiqué dans les instructions de montage.

1/ Je n’ai pas cousu le lien à nouer dans le tissu de la robe (une pièce patron est prévue pour), j’ai en effet préféré prendre un cordon du commerce. Pour info, j’ai cousu le cordon directement à l’élastique. Le livret technique prévoit en effet de mettre un élastique qui fait tout le tour de taille. Les liens à nouer étant purement décoratifs car on vient juste les positionner au niveau des boutonnières.

Ainsi cela me permet d’ajuster comme je le souhaite le cintrage à la taille et de garder une platitude au niveau du bas de la patte de boutonnage (il y a en effet pas mal d’épaisseurs à ce niveau-là).

IMG_0666

Voilà pour cette jolie petite robe !