Voici la robe Victoire de République du Chiffon qui porte bien son nom, je vous le confirme !

Voici la description de ce patron : « La robe Victoire est une robe d’hiver facile à porter et adaptée à toutes les morphologies. Son haut blousant et son bas évasé, le tout souligné par un jeu de ceinture et basques prêts du corps, affine la taille et allonge les jambes. Ses découpes en arc de cercle sur le bas, son zip au dos et son volume font de la robe Victoire une robe féminine au style moderne. »

Voici le modèle de présentation :

et le schéma technique :

Les manches sont 3/4, ça me laisse un peu sceptique pour une robe d’hiver…

Ce patron est proposé uniquement au format pochette (16€). J’avais acheté ce patron au CSF de 2017, cette robe était d’ailleurs présentée sur le stand RDC. Presque deux ans donc que je repousse cette réalisation couture ! Faut dire qu’il faut une sacrée motivation pour coudre ce patron au regard de la difficulté technique de cet empiècement arrondi qui se termine en pointe ! Je n’ai d’ailleurs vu que très très peu de réalisations de cette robe sur le net, ce qui au final ne m’étonne pas du tout… ça a dû en rebuter plus d’unes !

Le patron pochette contient le livret d’explications imprimé sur papier glacé. Belle finition donc. La planche patron est en couleurs, super donc ! Mais… mon bémol : certaines pièces se superposent, il faut donc passer par l’étape décalquage…

Autre précision qui a son importance : les valeurs de couture ne sont pas incluses. Il est conseillé dans le livret d’ajouter des valeurs de couture de 1 cm, ce que j’ai fait. Pour faciliter l’assemblage des pièces qui relèvent de l’empiècement devant et dos, j’ai préféré tracer le talon à l’équerre au niveau des pointes. C’est tellement plus précis et plus facile à assembler par la suite !

Les pièces patron qui forment l’empiècement/basque devant et dos :

Voici sur l’une d’elles ce que donne le tracé des valeurs de couture :
> avant : valeurs de couture avec des grandes pointes (en violet)
> après : valeurs de couture tracées à l’équerre (en rouge)

Voici de quelle manière j’ai procédé :

1/ tracer les valeurs de couture tout autour de la pièce (ici 1 cm)

2/ prolonger la ligne de couture (ici en vert) :

3/ tracer une perpendiculaire :

4/ tracer une parallèle à 1 cm de la première ligne :

5/ tracer une seconde parallèle à 1 cm : un point d’intersection touche la ligne de la valeur de couture :

6/ et voilà le résultat ! (ici en rouge) :

Une fois ces réglages faits, on peut découper ses pièces patron dans le tissu et les coudre les unes aux autres : les pièces coïncident parfaitement, les valeurs de couture se juxtaposent, bref, c’est ce n’est que du bonheur !

Pour les manches tailleur ou certaines découpes, la technique est un peu différente. Pour savoir comment faire, je vous explique ça par ici !

Côté tissu, le métrage nécessaire indiqué dans le livret est de 1,70m de tissu en 1,40 m de large. Tissus conseillés : velours, viscose, soie, coton fluide, crêpe. Je n’ai pas du tout suivi ces recommandations : j’ai pour ma part préféré opter pour du jersey texturé noir d’épaisseur moyenne que j’ai acheté chez Modes & travaux (coupons de Saint-Pierre) : 15€ les 3 mètres.

Ce choix de tissu était un peu risqué mais je suis au final ravie du résultat ! Le fait d’avoir choisi ce tissu m’a ainsi permis de ne pas mettre le zip invisible de 60 cm prévu au dos. Perso, je n’aime pas les zips au dos, je trouve ça des plus inesthétiques… Donc pas de couture au milieu dos, j’ai mis toutes les pièces au pli du tissu !

Le seul problème du coup, c’est que je suis obligée de porter une ceinture du commerce pour faire blouser le corsage. Le fait que ce soit en jersey, du coup, vu le poids de la partie jupe, la ceinture de la robe ne reste pas en place, elle est tirée vers le bas…

Donc je porte une ceinture. Et puis, de toute façon je préfère avec !

Pour info, le livret propose de doubler la ceinture, ce que je n’ai pas fait, du fait de mon tissu un peu épais.

Autre précision : j’ai assemblé quasiment toute la robe au point triple de la machine à coudre et j’ai surjeté les bords. Il faut en effet, à plusieurs endroits, ouvrir les coutures et les presser au fer, ce que j’ai donc fait. Et puis de toute façon, pour être précis dans l’assemblage, il me semblait plus simple de tout assembler à la machine à coudre plutôt qu’à la surjeteuse…

Ce patron est proposé du 34 au 46. Il est à mon avis parfait pour les morphologies en A. Comme il n’y a pas de tableau des mesures finies du vêtements, j’avais donc un peu peur de me tromper dans le choix de la taille. D’après le tableau des tailles, je fais un 36 pour le corsage et un 40/42 pour la jupe… Mais comme il s’agit d’une jupe évasée, je me suis dit que le tout passerait peut-être en 36… et ça passe !

Pour vérifier entre autres ce paramètre, j’ai donc au préalable préféré coudre une toile. Toile réalisée dans un coton qui pique les yeux !

Cette toile m’a permis de me rendre compte de plusieurs points :

  • Côté taille c’est nickel en 36, il y a suffisamment d’aisance au niveau des hanches, ouf !
  • L’encolure est trop étroite à mon goût
  • Jupe trop courte pour moi : je l’ai donc allongée de 15 cm
  • J’ai constaté un excès de matière dans le bas du dos du fait de ma cambrure. Ce surplus de tissu est qui plus est accentué par le zip au dos. Je suis donc contente d’avoir ôté ce zip pour ma réalisation finale. J’ai donc dû procéder à un ajustement dos cambré. Ci-dessous, la toile tient compte de cette correction mais le problème persiste avec le zip qui donne de la rondeur au bas du dos, ce qui n’est pas des plus flatteur, vous en conviendrez…

  • La gestion des empiècements arrondis qui se terminent en pointes demande une sacrée dextérité ! Oh la la ! D’où le nom Victoire de cette robe je suppose !!!
  • Il n’y a quasiment aucun cran ou repère d’assemblage sur le patronage ! Attention donc car il n’y a pas de repère de positionnement pour le zip, pas de cran d’assemblage des panneaux jupe devant et dos, pas de cran au niveau des manches… Curieusement il y a des crans sur la ceinture !

Je vous conseille vivement d’ajouter également des crans de montage au niveau des arrondis (empiècements & bord supérieur de la jupe) : un cran situé au milieu de l’arrondi facilitera vraiment l’assemblage par la suite !

Côté niveau de couture, le patron est annoncé 3/4, ce que je confirme. J’ai trouvé le livret d’instructions clair et bien détaillé. Un tuto photos/vidéos pour la gestion des empiècements en pointe aurait été un vrai plus !
Pour moi il y a deux difficultés majeures dans ce patron :

1/ la pose du zip invisible au dos demande d’être très précis car il faut faire plusieurs raccords, s’il y a un décalage au niveau de l’empiècement du milieu dos ou de la ceinture, et bien ce n’est pas l’idéal, vous en conviendrez…
2/ l’assemblage des empiècements en pointe sur la jupe demande une sacrée précision ! Pour savoir comment coudre de beaux angles, c’est par ici ! Il faut en effet que les angles soit parfaits et que les coutures s’alignent parfaitement. Chose que je trouve très très délicate ici car l’empiècement est qui plus est en courbe ! Il faut donc assembler des courbes convexes et concaves entre elles, ce qui accentue la difficulté… C’est pour cette raison que j’ai préféré ajouter sur le patronage des crans de montage au niveau des arrondis. J’ai également tracé à la craie les repères d’assemblage à 1 cm sur le tissu (mais ça c’est prévu dans les instructions).

Voici donc le résultat final :

Comme annoncé plus haut, j’ai retravaillé un peu l’encolure, histoire que je puisse y passer la tête sans trop de difficultés (je rappelle que je n’ai pas d’ouverture puisque je n’ai pas cousu le zip au dos).

Côté finitions, il est proposé de coudre une bande de propreté pour finir l’encolure. J’ai préféré opter pour un parementure que j’ai fixée à l’encolure par une surpiqûre visible (réalisée à la recouvreuse), histoire qu’elle reste bien en place.

Pour les ourlets des manches et du bas de la robe, j’ai réalisé un ourlet de 2 cm à la recouvreuse :

Pour ce qui est de l’ajustement dos cambré, je vous invite à lire l’article que j’ai rédigé récemment. En tout cas, le résultat obtenu me convient tout à fait :

Voilà pour cette robe, je suis ravie d’avoir enfin pris mon courage à deux mains pour la coudre : c’est ma petite robe noire de cet automne !