C’est défi Burda aujourd’hui !

Comme vous le savez, c’est un défi lancé tous les 1er du mois par Zélie Décousue ! Et je le suis fidèlement depuis maintenant plus de deux ans c’est donc ici mon 28ème défi relevé !

Il s’agit du modèle n°107 du magazine Burda de novembre 2018. Plusieurs modèles me plaisent d’ailleurs beaucoup dans ce magazine : la tunique cache-coeur n°109/110 (Amélie, du blog AGCOUTURE a rédigé un chouette article, allez-y !), le pull n°111, le chemisier 116, le t-shirt 113… bref… je suis ravie !

Voici les photos présentées par Burda : un chemisier asymétrique à encolure ronde et manches longues, avec basques, plastron à plis nervures fermé au devant par des brides et petits boutons. La blouse est légèrement cintrée à la taille et fermée par un petit lien à nouer.

Voici le schéma technique. Heureusement qu’il y a ce dessin car avec cet imprimé on ne voit absolument pas tous les jolis détails de ce chemisier…

Le patron est proposé en tailles courtes : 17 à 21. J’ai cousu intégralement ce chemisier en taille 18 soit la taille 36 et je n’ai procédé à aucun ajustement. Vous le voyez donc tel quel avec mon 1m68 alors que la stature est de 1m60. Je l’ai cousu ici dans un tissu pas cher, c’est donc une sorte de toile (très portable on est d’accord) mais c’est un chemisier qui nécessiterait quelques ajustements si je voulais en effet le refaire.

Voici le souci : le chemisier étant relativement long, je peine à le fermer correctement au niveau du bassin : les pans s’ouvrent légèrement. Clairement j’aurais dû adapter la partie basque pour que celle-ci corresponde à mes mesures. Bon… ce n’est pas non plus choquant que les deus pans ne se superposent pas complètement mais c’est un fait. D’autre part, ce n’est pas ce qui sied le plus à ma morphologie car la coupe est droite : pas assez cintré à la taille et je trouve que le corsage n’est pas assez ajusté.

Côté tissu, c’est donc une sorte de coton / jean léger de piètre qualité acheté 3€ les 2 mètres chez Stop tissus. Parfait donc pour une toile. ça l’est un peu moins à coudre car ce tissu avait tendance à déteindre sur mes mains malgré le lavage effectué en amont.

Faut pas trop lever les bras, ça fait pocher les épaules, ce n’est pas très esthétique…

Ce chemisier regorge de petits détails. Notamment ce plastron à plis nervures et ses petits boutons ! J’aime beaucoup !

J’ai particulièrement aimé le procédé qui m’a fait pensé à l’empiècement à plis plats de la blouse Carme de Pauline-Alice. On utilise en effet le principe du gabarit et je trouve ça vraiment bien car c »est plus facile à coudre : c’est une méthode que je trouve très astucieuse. Burda l’explique correctement, je n’ai pas rencontré de difficultés.

Ce plastron (pièce 21) est à couper 4 fois dans le tissu : il y a en effet un devant gauche et un devant droit et ces pièces sont doublés. Ceci explique cela. Le devant droit (brides) viendra par la suite se positionner sur le devant gauche :

Pour le devant droit, les brides sont prises en sandwich entre les deux épaisseurs :

Les boutons, qu’on pose en toute fin, sont positionnés sur le devant gauche. L’emplacement des boutons n’apparait pas dans le patron (et je le regrette), c’est à nous de les marquer. Cela dépend en effet de la dimension des boutons choisis.

Pour ma part, j’ai opté pour des boutons recouverts (diamètre 1,2 cm) que j’ai faits faire chez Mireille Boutonnières (3€ les 6 boutons, le 7ème offert !) :

Je n’ai pas bien compris les explications de Burda pour l’assemblage du corsage devant avec les parementures, j’ai donc fait à ma sauce et le résultat est tout à fait satisfaisant. De toute façon, je ne voyais pas comment faire autrement…

J’ai d’abord cousu le dos (pièce 24) et le devant (pièces 22 et 23) par les coutures d’épaules :

Puis j’ai épinglé les pièces 21 (devant droit et devant gauche) au devant comme vous pouvez le voir ci-dessous. Par dessus, j’ai épinglé les parementures dos et devant (préalablement cousus ensemble) :

De plus près :

Ci-dessous, on voit que la pièce 21 (plastron) est prise en sandwich entre la parementure et la pièce 22 (milieu devant) : il faut veiller à positionner la pièce 21 à 1 cm du bord :

Une fois le tout piqué à la machine, j’ai surjeté toutes les épaisseurs ensemble sur toute la hauteur :

Il convient ensuite de cranter et de dégarnir les angles :

Voici ce que ça donne sur l’intérieur une fois le tout piqué (devant gauche et devant droit) :

Dernière étape : pour que les deux plastrons se superposent correctement, il convient de coudre un petit bouton-pression :

En ce qui concerne la partie basque, il y a des petites fronces au milieu dos et au devant. Je trouve ça superflu, elles n’apportent pas grand chose. Si je refais cette blouse, je les supprimerais, c’est certain…

Pour les liens à nouer, j’ai fixé le premier dans la couture des côtés du devant gauche à 1 cm du bord :

Pour le second lien, il est à fixer une fois la blouse finie et on le coud à la main. Moi je l’ai cousu sur les valeurs de couture au niveau de la couture des côtés (devant droit) :

Une fois noués, voici ce que ça donne. Il est absolument charmant ce détail, non ?!

Pour la partie basque, il faut il savoir qu’il y a une parementure à-même.

J’ai suivi les indications de Burda : une fois que le corsage est épinglé à la partie basque, il faut « replier la parementure sur l’endroit autour du bord et l’épingler sur la couture de montage ». En photo ça donne ça :

Une fois assemblé (puis la couture surjetée) voici ce que ça donne :

Pour la gestion du bas de la parementure et de l’ourlet, je n’ai pas suivi les explications de Burda, j’ai préféré faire ceci :

Une fois le bas de la parementure cousu, on retourne sur l’endroit, on presse au fer tout l’ourlet du bas puis on pique sur toute la longueur. Pour info, j’ai préféré faire un ourlet d’1 cm (Burda préconise 1,5 cm) :

Voici une vue sur l’envers :

On peut porter cette blouse avec le haut boutonné ou non. Je ne sais pas ce que je préfère. Dans les deux cas, cette blouse donne un aspect assez strict qui ne me satisfait pas vraiment…

Pour les manches longues, elles sont des plus simples. Peut-être un peu trop large à mon goût.

Voilà pour ce chemisier Burda, je suis contente de l’avoir cousu car elle regorge de jolies détails. Néanmoins je reste un peu mitigée car cette coupe droite, non cintrée à la taille n’est pas ce qui me sied le plus…