Après la jupe Anémone de Deer & Doe, voici la jupe Mirambell de Pauline-Alice !

La jupe Mirambell fait partie de la collection des patrons Pauline-Alice de l’été 2017 : une jupe taille haute à plis dont les détails de la ceinture et des poches sont des plus élégants et féminins.

Le patron propose deux versions : la version A : jupe courte au-dessus du genou et fermée au dos par un zip  et la version B : jupe longueur genou et fermée au devant par une patte de boutonnage. Pour ma part c’est la version B que j’ai choisie !

Deux formats sont proposés : patron-pochette papier au prix de 14 € ou patron PDF au prix de 8 €. A noter que le patron propose un livret d’instruction en français, anglais et espagnol. Pour ma part, j’ai choisi le format papier que j’ai eu l’occasion d’acheter au dernier CSF. Dans la pochette, j’ai eu la chouette surprise de découvrir qu’il y avait une étiquette à coudre !

Je me suis d’ailleurs empressé de la poser, une fois ma jupe finie :

Le patron est proposé de la taille 34 à 48. J’ai pour ma part choisi la taille 38 et je suis contente de mon choix, ça me laisse ainsi une certaine souplesse au niveau de la taille (jupe taille haute).

La jupe est, grâce aux plis suffisamment ample, évasée comme j’aime.

Jupe portée ici avec la copie [presque conforme] de Givre :

et ci-dessous avec le t-shirt scoop-tee :

En ce qui concerne le choix du tissu, j’ai choisi du lin, tissu qui fait partie des recommandations pour coudre cette jupe. Le lin est une matière que j’aime beaucoup porter et coudre même si ça reste un tissu qui se froisse beaucoup : mais bon c’est aussi ce qui fait son charme…

Côté explications, aucune difficultés, tout a été limpide pour moi. Le niveau de difficulté indiqué est de 2/3. Sachez que les marges de couture sont de 1,5 cm pour les coutures d’assemblage.

Cette jupe propose des très jolis détails : la patte de boutonnage (j’en suis très friande), la ceinture arrondie et le design des poches !

Parlons tout d’abord de la patte de boutonnage. Pour info, je n’ai posé que 7 boutons au lieu des 8 conseillés.

Je me suis trompée ! J’ai cousu une patte de boutonnage de 2,5 cm alors qu’elle aurait dû être de 3,5 cm ! Je ne m’en suis rendu compte qu’une fois toute la jupe finie, of course, sinon ça n’aurait pas été drôle !

Je m’en suis rendu compte car le livret indiquait de coudre des boutons de 2,5 cm de diamètre, ce que je trouvais énorme pour ma patte de boutonnage ! Et c’est donc en regardant à nouveau le patron que j’ai compris mon erreur… Pour y remédier, j’ai donc cousu des boutons de 1,2 cm que je trouvais de toute façon beaucoup plus élégants (les boutons de 2,5 cm faisait trop grossier à mon goût…) :

Voici les finitions de la patte de boutonnage au niveau de son extrémité :

J’ai pour ma part cousu en une seule étape la patte de boutonnage et l’ourlet :

De plus près (sur l’endroit puis sur l’envers) :

Parlons à présent de cette ceinture :

Elle est joliment arrondie à ses extrémités et je trouve ce détail absolument charmant :

Une fois la jupe déboutonnée :

Contrairement aux explications, je n’ai pas fait de surpiqûres, j’ai préféré la fixer sur l’envers à la main avec un point invisible :

Parlons à présent des poches : avez-vous vu cette si jolie découpe arrondie qui se finit si délicatement par un petit décroché à angle droit ? C’est absolument exquis, non ? Moi, en tout cas, je trouve ce détail absolument superbe ! Bravo à la créatrice pour ce si charmant détail !

Il s’agit donc de poches italiennes qui se fixent de façon traditionnelles. Les parements de poche sont plaqués sur la doublure puis fixés par une surpiqûre (ci-dessous c’est la phase épinglage) :

Une fois assemblés à la jupe, voici ce que les poches donnent sur l’envers de la jupe :

En ce qui concerne l’ourlet de la jupe, le livret préconise de faire un repli d’ 1 cm puis de 3 cm et de piquer l’ourlet à la machine. Ce que j’ai fait.

Je tiens toutefois à signaler que coudre un ourlet aussi large sur une jupe dont le bord est courbe, ce n’est pas des plus faciles…

Voici mon ourlet préformé au fer : on voit bien que le bord ondule car il y a un embu important…

Pour résorber cet embu, j’ai donc piquer un point droit long sur le premier repli de 1 cm, à env. 0,5 cm du bord :

Je n’ai plus qu’à tirer ce fil pour former des petites fronces :

Puis à épingler de façon harmonieuse l’ourlet :

Malgré le fil de fronces, il reste encore un peu d’embu qu’il conviendra de résorber totalement (ou presque) quand on viendra effectuer la piqûre à la machine à coudre. Et puis n’oubliez pas de bien presser au fer !

Et voici le résultat :

Voilà pour cette réalisation. Je suis absolument conquise par ce patron de jupe. J’ai à présent bien envie de coudre la version A mais en jupe très longue !